×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Restauration

L'Estacade à Bordeaux

Le premier restaurant les pieds dans l'eau

Le chantier vient de démarrer et ne passe pas inaperçu. En bordure de la Garonne, face à la place de la Bourse, le coulage de 8 pieux à 23 mètres de profondeur annonce pour cet été l'ouverture du premier restaurant les pieds dans l'eau de Bordeaux.

A l'origine de ce projet ambitieux, Jean-Marie Esposito, ancien gérant du Piano en croûte. Il lui a fallu beaucoup de persévérance, et pas moins de deux ans, pour obtenir les incontournables autorisations du port de Bordeaux, de la mairie et des bâtiments de France. Le projet confié aux deux architectes urbanistes bordelais Patrick Baggio et Anne Piechaud, privilégie la simplicité et la transparence : le restaurant de 170 couverts s'étendra sur un ponton de 33 mètres chapeauté par un toit à deux pentes en zinc pré-patiné, le tout soutenu par une armature métallique. Pas moins de 2 MF sont investis dans ce lieu qui deviendra certainement l'un des endroits les plus courus du port de la Lune. Certes, les guinguettes ne manquent pas le long du fleuve entre Alriq, l'Escale à Macau, l'Epuisette à Blanquefort, Au Bord de l'Eau à Parempuyre...

La Maison du Fleuve, seul établissement à pouvoir rivaliser avec l'Estacade, se trouve à Camblanes-et-Meynac, à une vingtaine de minutes de Bordeaux. A partir du mois de juillet, il suffira de traverser le pont de Pierre pour déguster alose, lamproie, esturgeon et autres saveurs du cru, face à l'une des plus belles places XVIIIème d'Europe.

B. Ducasse


L'HÔTELLERIE n° 2557 Hebdo 16 Avril 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration