×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Editorial

Idées fausses

C'est une tendance regrettable : quand les affaires ne marchent plus aussi bien qu'on le souhaite, on se persuade que la responsabilité en incombe aux autres. Et de présenter une liste de responsables au gré des circonstances : un concurrent qui en s'installant ou en rénovant aurait «déstabilisé» déloyalement le marché, le poids des charges, l'évolution des moeurs, la TVA ou la réglementation sociale. Et de se morfondre pour certains, de militer pour d'autres, pour que l'Etat mette enfin bon ordre à ces abus, on verrait du meilleur oeil la protection des enseignes grâce à des interdictions d'implantation à proximité de son établissement sans pour autant s'interdire de défendre, pour soi, la liberté d'entreprendre. A l'opposé, quand les affaires marchent bien, voire très bien (ça arrive heureusement) on en déduit que l'on est un chef d'entreprise compétent, un bon gestionnaire, parfaitement en phase avec son marché. Et l'on a raison parce que l'on a été à même de faire face à la concurrence dans les meilleures conditions, on s'est senti stimulé par les rénovations entreprises par les autres dans la mesure où elles ont amélioré l'image du quartier et attiré une nouvelle clientèle dont on bénéficie, parce que l'évolution des moeurs a permis de diversifier l'offre, d'avoir davantage d'atouts pour satisfaire la clientèle. Bien sûr, on se plaît à rêver d'une TVA moins forte, de charges sociales plus légères qui permettraient de reconstituer ses marges bien plus vite mais on ne focalise pas sur ces problèmes et l'on cherche encore et toujours à évoluer, à faire avancer ses équipes, à trouver une nouvelle clientèle et à toujours avoir un produit performant.

Ce n'est qu'en se remettant en cause chaque jour, en étant très attentif aux besoins de la clientèle que l'on peut aujourd'hui survivre. Penser que ce qui plaisait hier doit plaire aujourd'hui est une grave erreur, les clients changent et le produit doit évoluer pour plaire. Penser que son échec est de la responsabilité des autres, c'est se préparer à ne jamais s'en remettre, c'est aller droit dans le mur à grande vitesse.

Réussir est à la portée de tous ceux qui, talentueux, professionnels, cherchent à satisfaire leurs clients avec une prestation de qualité, dans une ambiance chaleureuse à un prix compatible avec le marché et bien sûr, avec des investissements à leur mesure. Réussir est à la portée de ceux qui prennent du plaisir à faire plaisir à leurs clients et qui entraînent leur personnel dans cette ambiance.

PAF


L'HÔTELLERIE n° 2557 Hebdo 16 Avril 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration