×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Courrier des Lecteurs

Rubrique animée par Pascale Carbillet et Anne Tostivint
Exclusivement réservée aux établissements abonnés. pcarbillet@lhotellerie-restauration.fr

Travailler avec les autocaristes

Désirant travailler avec les autocaristes, je souhaiterais savoir comment entrer en contact avec eux ? Existe-t-il un salon des autocaristes et quand ? Doit-on remplir des critères spéciaux ? (M.C.B. de Pontoise)

Le meilleur moyen d'entrer en contact avec les autocaristes est de se procurer l'annuaire du SNET sur les car-opérateurs, organisateurs de voyages. Vous pouvez vous procurer cet annuaire pour le prix de 350 F TTC frais de port compris auprès du SNET que vous pouvez joindre aux coordonnées suivantes :

* Syndicat National des Entreprises de Tourisme (SNET)
106 rue d'Amsterdam
75009 Paris
Tél. : 01.53.25.13.45.
Fax : 01.53.25.13.40.

Il existe effectivement un salon professionnel des autocaristes, le MITCAR qui se déroule chaque année en octobre à la porte de Versailles.

Les professionnels qui souhaitent travailler avec des autocaristes doivent remplir un minimum de critères. Ils doivent tout d'abord avoir une capacité d'accueil suffisante pour recevoir un car, c'est-à-dire les hôteliers devront avoir au moins une capacité de 25 chambres doubles et le restaurateur avoir une salle suffisamment spacieuse pour recevoir des groupes. Les autocaristes sont aussi regardants sur les possibilités de parking de leur véhicule. Il faut avoir une certaine souplesse dans les horaires de service, qui peuvent se dérouler avant ou après les horaires normaux. Par exemple, le restaurateur doit être en mesure de servir un groupe vers 11h30 du matin. En outre, l'exploitant doit pouvoir proposer des tarifs spéciaux pour les autocaristes.

 

Lundi de Pâques

Au regard du code du travail, le lundi de Pâques est un jour férié ordinaire. Ce qui veut dire que ce jour n'est pas obligatoirement chômé, et en outre, en cas de travail, la loi ne prévoit pas de rémunération particulière.
Cependant, il peut exister des dispositions conventionnelles plus favorables dans l'entreprise (convention collective, contrat de travail, accord d'entreprise...) qui prévoient que ces jours fériés sont chômes et rémunérés ou qu'ils sont travaillés mais payés double.
La convention collective des HCR du 30/05/98, prévoit dans les établissements permanents, que les salariés qui comptent un an d'ancienneté dans l'entreprise chez un même employeur bénéficieront d'un jour férié en plus du 1er mai. L'employeur peut choisir ce lundi de Pâques comme étant le jour férié supplémentaire.
Dans les établissements saisonniers ou pour les salariés sous contrat saisonnier, la convention prévoit que les salariés ayant effectué deux saisons consécutives chez un même employeur bénéficieront, pendant la période d'ouverture de l'établissement, d'un jour férié en plus du 1er mai.

La responsabilité de l'hôtelier sur les parkings

Nous mettons gratuitement à la disposition de nos clients (ou du moins sans augmenter le prix de la chambre) une partie de nos places de parking fermé la nuit de 22 h à 6 h 30 du matin. L'autre partie du parking est libre. Nous connaissons notre responsabilité si un incident intervient sur ce parking lorsqu'il est fermé.
Par contre, pendant la journée, ce parking est accessible à tous, clients, visiteurs et même joggeurs ou promeneurs car il y a un terrain d'aventure jouxtant l'hôtel, lequel est très fréquenté.
Nous n'avons d'ailleurs pas posé de pancarte indiquant que notre parking est réservé à la clientèle comme cela se voit parfois.
Notre question est la suivante : dans ce contexte particulier et durant la période où le parking est ouvert, quelle serait notre responsabilité en cas de vol ou de détérioration de véhicule ? (J.D. de Châlons-en-Champagne)

En application de l'article 1954 alinéa 2, les hôteliers sont responsables des objets laissés dans les véhicules stationnés dans les lieux dont ils ont la jouissance privative. Cette forte responsabilité qui pèse sur les hôteliers ne concerne que leurs clients et s'appliquent aussi bien aux objets laissés dans leurs véhicules qu'au vol et vandalisme du véhicule. Par contre, si une personne extérieure à votre hôtel vient se garer sur le parking, elle ne pourra pas faire jouer cette responsabilité qui ne concerne que vos clients.
En outre, sachez que la responsabilité de l'hôtelier est applicable que le parking soit ouvert ou fermé. Vous disposez de deux parkings, l'un fermé et l'autre ouvert, mais votre responsabilité se trouve engagée sur ces deux emplacements. Un hôtelier peut même voir engager sa responsabilité sur un parking public, s'il indique sur ses prospectus commerciaux que ses clients peuvent l'utiliser, car vous en avez une jouissance privative.
Sur ce parking ouvert, vous êtes donc responsable en cas de vol ou de détérioration du véhicule de votre clientèle uniquement
Cependant sachez, que ce même article limite votre responsabilité à 50 fois le prix de la chambre. Si le prix de vos chambres est facturé à 300 F, vous n'êtes donc tenu de rembourser qu'à concurrence de 15.000 francs.

Comment obtenir un visa de travail pour les Etats-Unis ?

Mon fils a lu avec beaucoup d'attention l'article sur les jeunes chefs qui s'installent aux Etats-Unis. Il aimerait savoir quelles sont les formalités à accomplir et où s'adresser pour avoir un visa de travail aux USA. (D.B. de Paris)

Toute personne qui souhaite résider de manière permanente aux Etats-Unis pour y travailler, doit être en possession d'un visa d'immigration. Pour obtenir ce visa, il lui faut bénéficier d'une demande d'immigration déposée en sa faveur par un employeur américain.
Autrement dit, votre fils doit, préalablement à toute démarche administrative, trouver un poste de cuisinier aux Etats-Unis et justifier d'une embauche. C'est à son employeur, par la suite, de contacter le service de l'immigration et de la naturalisation aux USA pour se procurer les formalités d'obtention d'un certificat de travail et déposer une demande de visa. L'empoyeur devra, en outre, prouver que la compétence professionnelle de votre fils est recherchée aux Etats-Unis et que la main-d'oeuvre locale ne peut satisfaire à sa demande. A cette condition seulement, votre fils se verra délivrer un visa de travail.
Pour plus de renseignements et pour obtenir un formulaire de demande d'immigration, vous pouvez vous rendre à l'adresse suivante :

* Consulat général des Etats-Unis
2 rue Saint-Florentin
75008 Paris

Vous pouvez, en outre, téléphoner au service des visas de l'Ambassade des Etats-Unis à Paris au 01.43.12.48.66.

 

 

La succession de contrats d'apprentissage est-elle possible ?

Je dirige un hôtel-restaurant et j'ai embauché deux jeunes en contrat d'apprentissage. Ma question est la
suivante : peut-on conclure plusieurs contrats d'apprentissage successifs avec le même apprenti ? Merci de votre réponse. (R.F. de Blois)

La loi autorise l'apprenti à souscrire des contrats d'apprentissage successifs avec le même employeur ou avec un employeur différent (article L115.2 du code du travail). Il existe, toutefois, certaines limites à cette faculté.
Dans un premier temps, ces contrats d'apprentissage successifs doivent préparer des diplômes ou des titres sanctionnant des qualifications différentes. En outre, lorsque l'apprenti a déjà conclu deux contrats successifs de même niveau, il doit obtenir l'autorisation du directeur du dernier centre de formation d'apprentis qu'il a fréquenté pour conclure un troisième contrat d'apprentissage de même niveau.
Sachez, de plus, qu'il n'y a aucun délai à respecter entre la conclusion de deux contrats d'apprentissage.


L'HÔTELLERIE n° 2557 Hebdo 16 Avril 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration