×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités


Actualité

Disneyland Paris

Le parc accroît le nombre de ses attractions

Après Space Moutain lancé en 1995, Euro Disney va investir 100 millions de francs dans une nouvelle attraction interactive en trois dimensions. Des émotions inédites en perspective pour le printemps 1999...

Gilles Pélisson, président directeur général d'Euro Disney, n'a pas failli à la tradition de ses prédécesseurs. Lors de l'assemblée générale des actionnaires, qui se déroulait mercredi 25 mars dernier dans l'enceinte du nouveau centre de congrès de la société, le patron de Disneyland Paris s'est une nouvelle fois refusé à faire des pronostics quant aux résultats de la société concernant l'exercice en cours. Excepté de rappeler que le chiffre d'affaires du premier trimestre 1998 avait d'ores et déjà crû de 16,1% par rapport à la même période de l'année précédente.

Après un commentaire des chiffres de l'année 1997, marqués par des performances telles qu'une fréquentation du parc en hausse de 7,7% à 12,6 millions visiteurs, un taux moyen d'occupation atteignant les 78%, des dépenses moyennes par chambre (1.042 francs) et par visiteur (251 francs) croissantes, et enfin un bénéfice en progression à 217 millions, le patron du royaume de Mickey a en fait rappelé ses principaux objectifs. "Aujourd'hui, la priorité est de démontrer que la société peut dégager des profits", a-t-il lancé aux actionnaires. Et d'ajouter en réponse à une question concernant le remboursement d'un emprunt convertible de 3,9 milliards de francs en 2001 et le paiement des royalties à la maison mère Walt Disney Company à compter de 1999 (aux environs de 200 millions de francs), "l'horizon 2001 ne nous inquiète pas pour le moment."

"Chérie, j'ai rétréci
le public !"

En réalité, Gilles Pélisson semble aujourd'hui concentrer tous ses efforts sur le court et le moyen terme. Autrement dit, il entend accentuer les performances de la société tant dans les domaines de marketing et vente que dans ceux des opérations et des animations. Sur ce dernier point d'ailleurs, tandis que certains personnages de la parade électrique défilaient parmi des actionnaires apparemment ravis, le patron d'Euro Disney a annoncé la création d'une nouvelle attraction. Inaugurée au printemps 1999, cette dernière baptisée "Chérie, j'ai rétréci le public !" sera interactive en trois dimensions. Durant une vingtaine de minutes, les 600 spectateurs seront transportés dans l'univers du film "Chérie, j'ai rétréci les gosses !".

Cette attraction inédite en France coûtera aux alentours de 100 millions de francs. "Un investissement qui sera financé sur emprunts courants", a précisé Gilles Pélisson.

C.C.

ccosson@lhotellerie-restauration.fr

En 1997, 12,6 millions

de visiteurs se sont rendus

à Marne-La-Vallée.

RÉPARTITION DE L'ACTIONNARIAT D'EURO DISNEY

- The Walt Disney Company* : 39%

- Prince Al Waleed** : 24%

- Autres : 37%

*A travers sa filiale EDL Holding Company détenue à 100%.

**A travers sa filiale Kingdom détenue à 100%.



L'HÔTELLERIE n° 2556 Hebdo 9 Avril 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration