×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités


Restauration

Distinction

Guy Martin fêté par ses aînés

C'est une véritable couronne d'étoiles (de Bibendum) et de toques qui a entouré le jeune chef savoyard Guy Martin lors de la remise dans les salons du Crillon de sa croix de chevalier des Arts et des Lettres par Paul Bocuse «primat des gueules».

Ses pairs tenaient en effet à saluer le parcours sans faute de ce professionnel aussi passionné et curieux de saveurs anciennes et nouvelles qu'il est discret et modeste, lequel, après avoir travaillé dans de grandes maisons de l'ancien duché (dont le Château de Coudrée), traversa le Léman pour obtenir un (1985) puis deux macarons (1990) au Château de Divonne. En 1991, il est administrateur et chef du Grand Vefour et, depuis 1995, président du fameux restaurant du Palais Royal, avec un nouveau doublé dans le petit livre rouge.

Parmi les invités de Patrice de Margerie, président directeur général du groupe des Hôtels Concorde et de Jean Taittinger, président du conseil de surveillance de la Société du Louvre, l'ancien ministre Hervé Gaymard, député de la Tarentaise où il a été le compagnon de Guy, né à Bourg-Saint-Maurice et l'écrivain Monique Lansard dont l'érudition fait autorité dans l'histoire culinaire de l'ancien royaume de la Maison de Savoie qui, s'étendant de Chypre aux vallées alpines via le port de Nice, a largement contribué à l'avènement d'une cuisine plus savoureuse et plus originale parce que teintée d'épices orientales. Un domaine où Guy Martin est passé maître, tout en adaptant les anciennes recettes aux goûts et aux moeurs d'aujourd'hui.

Après l'hymne à la jeunesse de celui qui, dans la lignée de Fernand Point, a tant fait pour l'art culinaire français et les cuisiniers, Paul Bocuse, Guy Martin prononça des remerciements émus, marqué par son humilité naturelle, citant in fine un proverbe savoyard lui allant comme un gant : «quand le coeur y est, tout y est».

C. Bannières


De gauche à droite sur notre photo : Gérard Besson, Jean-Claude Vrinat, Guy Legay, Marc Haeberlin, Michel Lorain, Paul Bocuse, Patrice de Margerie, Guy Martin, son fils Flavien et sa femme Claudia, Emile Jung, Philippe Gauvreau et Jean Taittinger.



L'HÔTELLERIE n° 2556 Hebdo 9 Avril 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration