×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Actualité

Droit de réponse

"Je viens de prendre connaissance de l'article à la page 3 de votre édition du 12 mars 1998, sous la plume de J.-F. Mesplede.

Je ne peux évidemment pas accepter de me voir accuser publiquement d'acte de concurrence déloyale. Pour mémoire, je tiens à rappeler que, dans un premier temps, Monsieur Bernard a saisi tant les instances administratives que professionnelles d'une réclamation fondée sur le soi-disant non respect de la loi du 5 juillet 1996. Il est certain que ce texte ne peut trouver application pour un immeuble hôtelier construit depuis 1992 et n'ayant jamais changé de destination depuis son achèvement. Monsieur Bernard se place désormais sur le terrain de la concurrence déloyale en parlant de déclassification d'un établissement alors que celui-ci n'a jamais été classé, à défaut d'ouverture. Cet hôtel était à vendre depuis plusieurs années et ne trouvait pas d'acquéreur en raison de l'environnement défavorable (vandalisme de baisse de commercialité).

Notre étude de marché a montré qu'il n'était pas possible d'exploiter en catégorie 2 ou 3 étoiles dans ce quartier et que seul un établissement économique était viable pour conserver à ce bâtiment sa vocation initiale d'hôtel.

Par ailleurs, mon action permanente au sein de la FNIH depuis 20 ans et ma position au directoire ne sauraient m'interdire de poursuivre le développement de mon entreprise familiale en toute régularité."

Alain Jacquier, président de la société Villages Hôtel.

NDLR : La société Villages Hôtel avait pu donner son point de vue en toute liberté sur ce sujet en la personne de Patrick Jacquier, directeur général de Villages Hôtel.


L'HÔTELLERIE n° 2554 Hebdo 26 mars 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration