×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités


LES RISQUES DE L'AN 2000

Les hôteliers pour lesquels «an 2000» rime avec réveillon exceptionnel pourraient bien avoir des surprises ! Et pas nécessairement celles qu'ils attendent ! En effet, non seulement leur système de gestion informatique mais aussi leur standard téléphonique risquent de perdre la tête le 31 décembre 1999 à minuit.

Pourquoi ?

Un nouveau virus va-t-il se répandre et bloquer les ordinateurs? Non. Les systèmes vont dérailler parce que les concepteurs de logiciels ont, depuis des années, par souci d'économie, programmé leurs logiciels en codant l'année sur les 2 dernières positions du millésime («98»; «99»). Tant que l'on reste dans le XXème siècle, cette méthode est acceptable. Mais en passant au 1er janvier 2000, les ordinateurs dont l'année est programmée sur 2 chiffres ne peuvent pas savoir s'il s'agit de l'an 1900 ou 0000. Et ils font des erreurs. Inutile de dire que tous les systèmes manipulant des dates (systèmes de réservations, comptabilité) sont en première ligne. Mais ce n'est pas tout. Les standards téléphoniques -qui ne sont que des ordinateurs programmés d'une manière particulière- ainsi que les programmes effectuant les interfaces avec les systèmes de gestion comme les caisses de restaurant, les systèmes de paiement, les systèmes de comptabilisation de taxes téléphoniques sont eux aussi concernés. Et cette dernière famille, on a tendance à l'oublier. Vigilance donc.

Cette question de l'an 2000 met actuellement en effervescence toute la communauté informatique et ses clients. Les sociétés de service et les consultants sont débordés ; les programmeurs en COBOL à la retraite sont activement recherchés ; les fournisseurs de logiciels se frottent les mains : les clients vont devoir remplacer leurs anciens produits. Bien évidemment, les meilleures compétences sont réquisitionnées par les plus grandes sociétés de conseil pour corriger les effets du bogue annoncé. Inutile de préciser qu'il n'y a rien de plus difficile pour un programmeur que de modifier quelque chose écrit par un autre programmeur. L'une des règles en informatique consiste à ne jamais modifier un programme qui marche ! Dans le cas présent, on sait que cela ne va plus marcher et on doit modifier un programme qui fonctionne. L'horreur !

En tant qu'hôtelier, quelles
précautions devez-vous prendre ?

1. Faites une liste de toutes (TOUTES) les applications de type informatiques et télécommunications de votre établissement. N'oubliez pas les systèmes d'exploitation conçus pour gérer les réseaux locaux (type Novell). Pour chaque application, vérifiez si vous avez souscrit un contrat de maintenance «évolutif», c'est-à-dire qui prend en compte les modifications logicielles et qui permet d'apporter de nouvelles fonctionnalités au produit.

2. Si tel est le cas, prenez contact avec les sociétés de maintenance et assurez-vous auprès de chacune d'entre elles que votre logiciel pourra passer sans encombre la date fatidique. Exigez une confirmation écrite.

3. Si vous n'avez pas le contrat de maintenance adéquat et si votre logiciel a plus de 4 ans, c'est inquiétant. Il y a fort à parier que des modifications devront être effectuées. Quand on sait que d'après une étude réalisée en 1995 à l'IMHI (Institut de Management Hôtelier International) plus de la moitié des logiciels de gestion hôtelière commercialisés à cette date avaient été conçus avant 1990, on a de quoi se faire du souci. Dans tous les cas, si vos logiciels n'ont pas été écrits pour l'environnement Windows, une vérification s'impose.

4. Si la société qui vous a vendu le logiciel ou le standard téléphonique n'existe plus, c'est le moment de penser à renouveler le système. N'attendez pas le dernier trimestre 1999 ; vous n'auriez aucune chance de pouvoir négocier les prix !

5. Dans la foulée demandez-vous si votre logiciel est prévu pour gérer l'euro ; cela vous évitera de recommencer tout le processus de mise à jour l'année prochaine !

Ah ! Cette informatique ! Il y aura toujours quelque chose qui ne va pas !

NB. Les hôteliers qui souhaitent se documenter davantage sur le sujet de l'an 2000 (Y2K comme l'appelle les anglo-saxons) peuvent :

- assister aux conférences spécialement consacrées à ce sujet au prochain Eurhotec.

- consulter le site Internet du gourou informatique Peter de Jager à l'adresse suivante : www.year2000.com

J. Bessières

Jacques Bessières anime la société de conseil Connectica.

Il peut être joint à l'adresse suivante :

jbessieres@connectica.com



L'HÔTELLERIE n° 2549 Hebdo 19 fevrier 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration