Actualités


Actualité

La mairie investit 2,5 MF

Galan s'offre un hôtel-restaurant municipal

Le Conseil municipal de Galan (Hautes-Pyrénées) a décidé d'acheter et de rénover l'hôtel-restaurant des Arcades, pour un coût total de 2,5 MF, largement subventionné. Il s'agit du seul et unique hôtel-restaurant du canton. Il était en train de mourir, personne n'en voulait. Sa réhabilitation débute au mois de janvier.

La petite commune (et chef-lieu de canton) de Galan, 856 habitants, située à une dizaine de kilomètres au Nord de Lannemezan, a déclaré la guerre à la désertification rurale. Pour résister à ce que certains appellent le «déménagement du territoire», elle compte sur sa maison de retraite, son café, son épicerie, son marchand de journaux et son hôtel-restaurant, le seul du canton. Il était jusqu'à présent le maillon le plus fragile du dispositif, car le plus exposé aux conséquences de l'exode des jeunes, du manque de travail et du vieillissement de la population. Peu rentable et mal entretenu, cet hôtel-restaurant construit au début du siècle et dénommé Les Arcades parce qu'il est situé derrière les arcades du bâtiment de la mairie, a en effet connu une dizaine de gérants en douze ans. Ses 12 chambres, vétustes, ont été fermées il y a cinq ans et l'établissement, en vente, a longtemps menacé de disparaître, aucun entrepreneur privé ne s'étant manifesté pour investir de l'argent dans ce qui ne pouvait qu'être à fonds perdus. «Un village, explique André Lapeyre, conseiller-général, maire de Galan, c'est un tout. Alors à la mairie, on n'a pas voulu que l'hôtel-restaurant disparaisse, surtout qu'on a quelques entreprises dans le canton, une maison de retraite de 80 pensionnaires, avec parfois des visiteurs qui cherchent à se nourrir et à se loger, et que nous sommes situés sur un axe touristique

Le salut de l'établissement est venu du fait que le canton de Galan fait partie d'une association de 5 cantons (les cantons des Coteaux) reconnue par l'Etat comme «Pays de Préfiguration». On en compte une trentaine en France, ils servent à expérimenter des initiatives locales ayant valeur d'exemple afin de proposer à terme, au niveau national, des solutions nouvelles en terme d'aménagement du territoire. «Il est évident que nous n'aurions pas pu sauver Les Arcades sans bénéficier des subventions (60% du montant total de l'opération) qui vont aux Pays de Préfiguration. Les aides dont bénéficient traditionnellement les collectivités locales sont en effet strictement limitées à des opérations dites de première nécessité (boulangerie, épicerie, etc.).» Pour l'administration, l'absence d'autre établissement dans le canton garantit que le sauvetage ne portera atteinte ni à l'initiative privée, défaillante, ni à la concurrence, jugée trop éloignée. Les travaux de réfection débutent en janvier. Le nombre de chambres va passer à 8 (2 étoiles) et un couple de gérants sera nommé par la mairie, contre paiement d'un loyer servant à rembourser les emprunts (à taux préférentiel) de l'opération. Réouverture de l'hôtel : juin 98.

Correspondance AMP



L'HÔTELLERIE n° 2541 Hebdo 25 decembre 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration