Actualités


Dérives

Si la défense des intérêts des entreprises d'un secteur économique doit se faire quelquefois en tapant du poing sur la table, elle doit aussi savoir se faire en amadouant et en négociant au mieux avec les autorités concernées, sachant que les politiques ont toujours intérêt, pour des questions d'image, à faire aboutir quelques dossiers... avec une nette préférence bien sûr, pour ceux sur lesquels leurs prédécesseurs se sont cassés les dents. Aux représentants syndicaux de savoir jouer les bonnes cartes, au bon moment, à eux de savoir convaincre pour que les intérêts des politiques puissent servir ceux des professionnels qu'ils représentent.

De toute évidence, ce n'est pas vraiment le scénario qui fut choisi en cette fin d'année pour la signature de l'arrêté d'extension de la Convention collective et il paraît évident que tant l'administration que les politiques se sont refusés à prendre en compte les préoccupations des hôtels, des cafés et des restaurants... De là à en déduire que les instances syndicales n'ont pas complètement joué leur rôle, il n'y a qu'un pas que bon nombre de professionnels n'ont pas hésité à franchir et de leur reprocher de ne pas avoir su protéger convenablement leurs intérêts en laissant le gouvernement acter de l'extension de ce texte au cours d'un mois entamé, à un moment où la majorité des saisonniers d'hiver avaient déjà mis en place l'organisation de la saison, recruté les équipes et signé les contrats de travail. Un «cadeau de Noël» qui de toute évidence a d'autant plus de mal à passer que certains syndicats de salariés ont fait savoir qu'ils mettraient tout en oeuvre pour que le texte soit effectivement, dès le 6 décembre, mis en application. Un climat de suspicion des plus désagréables alimenté depuis plusieurs semaines par des déclarations intempestives à l'encontre du gouvernement qui se sent de moins en moins enclin à arrondir les angles avec une profession à qui l'on concède, pour sa grande majorité, de rester sur un horaire hebdomadaire de plus de 44 heures alors qu'un projet de loi sur les 35 heures est en préparation et qui ne trouve rien de plus dynamique, pour établir les contacts avec les politiques que de proférer des menaces de toutes espèces.

P.A.F.



L'HÔTELLERIE n° 2540 Hebdo 18 decembre 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration