Actualités


Restauration

Provence

Vacances culinaires pour touristes britanniques

Créé en 1995, Cuisine en Provence organise des séjours culinaires pour les touristes anglophones. Un concept qui a séduit 7 tours opérators.

Faire découvrir l'arrière pays provençal aux touristes britanniques tel est l'objectif que ce sont fixés Jean-Marie Carret et Charléric Gensollen, deux marseillais amoureux de leur région. «Nous sommes des amis d'enfance. J'ai une formation commerciale. Jean-Marie Carret est cuisinier et travaille en Grande -Bretagne. En conjuguant nos savoir-faire, nous avons lancé Cuisine en Provence», explique Charléric Gensollen. Depuis deux saisons entre le mois de juin et d'octobre, cette société propose des séjours pour des groupes d'une dizaine de personnes. Les après-midi sont généralement consacrés à des cours de cuisine dispensés en anglais. Le reste du temps se partage entre la visite de monuments, des balades sur les marchés et l'initiation oenologique. «Nous avons voulu créer un séjour vivant qui se déroule dans une ambiance conviviale, presque familiale et dans des lieux privés très représentatifs de notre région comme le Château de Vins sur Caramy (Var), Le Château des Lonnes ou le Mas des Graviers».

Stages de quatre jours

Pendant la saison 1997, Cuisine en Provence a accueilli une cinquantaine de personnes. «Nos clients sont des gens aisés, avides d'authenticité et de culture. A la surprise générale, ce sont plutôt des gens jeunes, âgés pour la majorité de 25 à 40 ans». Pour répondre à la demande de cette clientèle souvent prise par des emplois du temps chargés, Cuisine en Provence a mis en place des stages limités à 4 jours et trois nuits soit un forfait individuel de 4.500 francs.

«Jusqu'ici nous commercialisions nous-mêmes cette prestation par l'intermédiaire de publicité dans des magazines francophiles en Grande-Bretagne, des participations dans des salons ou dans les brochures touristiques». En 1998, Cuisine en Provence passe à l'étape supérieure et sera commercialisée par 7 tours opérators, français, anglais, hollandais mais également américains. «Nous allons aborder cette année les marchés japonais et américains. A terme, nous espérons pouvoir fonctionner toute l'année et décliner nos prestations», ponctue Charléric Gensollen. Présent depuis peu sur Internet avec un site de présentation et une recette provençale qui change tous les deux mois, Cuisine en Provence a déjà investi près de 300.000 francs dont plus de 50% dans des opérations de communication. «Quand la période de rodage sera terminée, cette part de la publicité devrait largement diminuer», conclut Charléric Gensollen.

AMP



L'HÔTELLERIE n° 2539 Hebdo 11 decembre 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration