Actualités


Actualité

Accor

Des prévisions de résultats à la hausse

Le groupe français d'hôtellerie et de services voit la vie en rose. Après avoir quadruplé son résultat net lors du premier semestre 1997, la tendance demeurant en outre encore très favorable au terme du mois de septembre dernier, Accor prévoit une amélioration de ses profits d'environ 40% sur l'année 1997.

«Je dois avouer que les résultats sont très bons, même meilleurs que ceux que nous avions prévus. Reste que ces performances résultent en grande partie de la bonne conjoncture, mais aussi de l'héritage laissé par Paul Dubrule et Gérard Pélisson.» C'est avec une grande modestie que Jean-Marc Espalioux, président du directoire d'Accor, a dressé, mardi 7 octobre dernier, le bilan semestriel de son entreprise. Il avait pourtant de quoi ne pas cacher sa satisfaction personnelle. Le groupe français d'hôtellerie et de services a en effet plus que doublé son résultat global des opérations (résultat courant) au cours des six premiers mois de l'année 1997 passant de 441 millions de francs en 1996 à 964 millions. Son chiffre d'affaires a progressé de 8% (5% à change constant) atteignant les 14,991 milliards de francs contre 13,840 un an auparavant. Quant à son résultat net part du groupe, il a tout bonnement quadruplé à 458 millions de francs (+340%).

L'analyse par secteurs d'activité montre par ailleurs qu'en terme de chiffre d'affaires la croissance s'est révélée très forte principalement dans l'hôtellerie : +14,3%. Au cours du premier semestre 1997, cette branche a ainsi vu son taux d'occupation progresser de 2,7 points pour le pôle Affaires et Loisirs et 3,3 points pour l'Economique. Les prix moyens ont eux aussi suivi un mouvement haussier analogue. Résultat : le RevPar Affaires et Loisirs a grimpé de 7,9% et celui de l'Economique de 6,7%.

Loin de s'arrêter en si bon chemin, cette évolution positive s'est également confirmée les mois suivants. De fait, Jean-Marc Espalioux a décidé de réviser à la hausse l'ensemble de ses prévisions sur l'année. Selon lui, le résultat global des opérations devrait finalement faire un bond entre 40% et 50% à comparer au 1,515 milliard réalisé l'année précédente.

Réallocation des ressources

En fonction de cette progression, des plus-values empochées sur la cession des titres de la société britannique Compass ainsi que sur d'autres actifs cédés au deuxième semestre et des conséquences de la revue détaillée des actifs, Accor devrait au final parvenir à afficher un résultat net aux environs d'1,4 milliard de francs contre 1,058 milliard en 1996.

Parallèlement à cette bonne situation, le patron du conglomérat français a souhaité en outre mettre un terme à la rumeur grandissante qui consistait à dire qu'Accor gonflait ses bénéfices en intégrant des opérations exceptionnelles. La plus-value Compass (1,323 milliard) a ainsi été quasiment entièrement compensée par des provisions sur «actifs pour réallocation de ressources.» Les provisions en question portant notamment sur «des murs d'hôtels destinés à être cédés tout en poursuivant l'exploitation des établissements dans de bonnes conditions financières», a indiqué le président du directoire. Grâce à cette nouvelle politique de «réallocation des ressources», Accor se donne un potentiel important en terme de cessions de murs d'hôtels de l'ordre de 3 milliards en hôtellerie d'affaires, de loisirs et économiques et aux alentours d'1 milliard de dollars chez Motel 6 (vente par lots de 300 établissements).

Accroître l'offre hôtelière de 10% par an

Derrière cette stratégie, hormis l'amélioration qualitative de ses résultats, la compagnie cherche bien entendu à relancer son développement hôtelier. On notera d'ailleurs qu'un investissement de 2,413 milliards de francs a été attribué à la croissance de l'entreprise. Au cours du premier semestre, la chaîne Pannonia a ainsi été rachetée pour un montant de 567 millions de francs. Accor a mis sur la table de jeu 469 millions de francs pour les casinos. Sans oublier les sommes rondelettes consacrées au rachat des intérêts dans Motel 6 (475 millions de francs), à des nouveaux hôtels pour 497 millions et enfin à divers investissements financiers (405 millions).

Après des années moins aisées, ayant retrouvé le sourire, le groupe fondé par Paul Dubrule et Gérard Pélisson s'est donc fixé un objectif net et précis : accroître sa capacité d'offre hôtelière de 10% par an. Comment ? En consolidant d'une part, ses réseaux en Europe via une croissance interne et des acquisitions de chaînes locales. En accélérant d'autre part, la constitution de réseaux nationaux dans les pays émergents (Pologne, Brésil, Argentine, Indonésie...) et gonflant son parc dans le loisir. Sans oublier l'essor de Motel 6 en franchise et en location.

Claire Cosson

ccosson@lhotellerie-restauration.fr

Premier semestre
Résultat opérationnel : +31%
(en FF millions) juin juin Var.
* Résultat opérationnel 1.136 1.486 + 350
Résultats semestriels 1997


J. Marc Espalioux qui n'a pas de quoi cacher sa satisfaction personnelle







L'HÔTELLERIE n° 2531 Hebdo 16 octobre 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration