Actualités


Conjoncture

Baromètre mensuel L'Hôtellerie-FNIH

Progression sensible de l'activité hôtelière en juin 1997

Va savoir pourquoi les choses se passent ainsi ! Toujours est-il qu'après un mois de mai encourageant, le niveau d'activité a à nouveau augmenté au cours du mois de juin dernier.

Après l'embellie du mois de mai, qui pouvait s'expliquer en majeure partie en raison d'un calendrier favorable associé à de bonnes conditions climatiques, on aurait pu craindre un léger retrait au terme du mois de juin. Au regard des résultats issus du baromètre mensuel L'Hôtellerie-FNIH (comprenant 235 établissements répartis sur l'ensemble de l'Hexagone dont des saisonniers d'été et d'hiver), il n'en a, en fait, rien été. Au contraire ! D'une manière générale, l'activité de l'hôtellerie indépendante française est demeurée assez bien orientée en juin dernier puisqu'en moyenne, le taux d'occupation et le prix moyen chambre (TTC) des hôtels observés ont augmenté de plus de 2%.

Qu'il s'agisse des deux, trois ou quatre étoiles, la tendance a en effet été à la hausse. Reste que l'on constate quelques variantes suivant les catégories d'hôtels. C'est ainsi que les deux étoiles n'ont enregistré qu'une assez faible progression. Leur fréquentation passant de 65,3% en mai 1996 à 65,9% en mai 1997 (+0,9%). Les établissements trois étoiles semblent pour leur part avoir davantage profité de la reprise parvenant à afficher un taux d'occupation de 64,4% contre 63,2% un an plus tôt. Du côté des professionnels officiant dans le haut de gamme, le moral était également au beau fixe. Et pour cause ! Ce créneau a vu le nombre de ses clients croître très sensiblement. A tel point que l'activité de cette catégorie a progressé de +10,5% pour atteindre les 71,4% contre 64,5% l'année précédente.

Un premier semestre positif

Quant au prix moyen chambre des hôtels de luxe, les performances ont été là aussi positives. A ce sujet, le baromètre indique une amélioration de +5,6% soit 756 francs comparativement à 716 francs en mai 1996. Le phénomène est moindre en ce qui concerne les deux et trois étoiles. Leur prix moyen chambre respectif a néanmoins respectivement grimpé de 2,2% à 274 francs et 0,6% à 352 francs.

Au terme du premier semestre 1997, qu'on le veuille ou non, l'hôtellerie indépendante française a bel et bien finalement observé une reprise significative de son niveau d'activité. A noter concernant les taux d'occupation qu'ils se sont globalement améliorés de 0,9% à 9,1% selon le classement des hôtels. Si l'on constate une évolution positive du prix moyen chambre pour les deux et trois étoiles (+2,3% et +0,8%), il apparaît par contre que l'hôtellerie de luxe rencontre plus de difficultés dans ce domaine. Le prix moyen chambre des quatre étoiles a effectivement chuté de 10 francs (-1,5%) au cours du premier semestre 1997 se stabilisant à 676 francs.

Parallèlement aux données du baromètre L'Hôtellerie-FNIH, il est intéressant de préciser qu'après enquête, l'INSEE annonce une hausse du chiffre d'affaires pour l'hôtellerie de tourisme de plus de 3,6% au terme du premier trimestre 1997.

TAUX D'OCCUPATION 2 ÉTOILES

TAUX D'OCCUPATION 3 ÉTOILES

TAUX D'OCCUPATION 4 ÉTOILES

PRIX MOYENS CHAMBRE - 2 ÉTOILES

PRIX MOYENS CHAMBRE - 3 ÉTOILES

PRIX MOYENS CHAMBRE - 3 ÉTOILES

Chiffres du mois de juin 97
Catégories Taux d'occupation Prix moyens TTC
97 96 Dif 97 96 Dif
2 étoiles 65,9% 65,3% +0,9% 274 FF 268 FF +2,2%
3 étoiles 64,4% 63,2% +2% 352 FF 350 FF +0,6%
4 étoiles 71,4% 64,5% +10,5% 756 FF 716 FF +5,6%

Résultats cumulés à fin juin 1997
Catégories Taux d'occupation Prix moyens TTC
97 96 Dif 97 96 Dif
2 étoiles 51,9% 51,5% +0,9% 269FF 263 FF +2,3%
3 étoiles 51,9% 50,4% +3% 361 FF 358 FF +0,8%
4 étoiles 52,7% 48,3% +9,1% 676 FF 686 FF -1,5%



L'HÔTELLERIE n° 2523 Hebdo 21 aout 1997

SRC="/lhotellerie/Images/Le_menu_SVP.GIF" WIDTH="63" HEIGHT="43" ALIGN="BOTTOM" NATURALSIZEFLAG="3">


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration