Actualités


Actualité

Sur les Champs-Elysées à Paris

Le retour de Marriott

Après cinq ans d'absence sur le territoire français, la chaîne américaine ouvre le 11 juillet un nouvel établissement dans la capitale.

Et pas à n'importe quelle adresse s'il vous plaît ! C'est au 70 de l'avenue des Champs-Elysées que l'enseigne fait son nid.

Cinq ans déjà que la chaîne américaine est inscrite aux abonnés absents en France. Depuis la vente du Prince de Galles (situé avenue George V à Paris) à Sheraton en 1992, Marriott International, qui gère plus de 1.300 établissements à travers le monde, ne pouvait en effet accueillir aucun de ses clients dans l'Hexagone. Une lacune qu'il fallait impérativement combler, d'autant que «la demande sur cette destination était croissante» selon les dires des dirigeants de Marriott. Et bien à partir du vendredi 11 juillet, dès 7 heures du matin, la compagnie disposera enfin d'un pied à terre dans la capitale parisienne. Et pas à n'importe quelle adresse, puisque c'est au numéro 70 de la prestigieuse avenue des Champs-Elysées que l'enseigne fait son retour en France.

Il aura certes fallu pas mal de temps à la chaîne américaine pour parvenir à conclure ce nouveau contrat de management avec l'actuel propriétaire des murs, la société de défaisance EIA, en charge des actifs du Comptoir des Entrepreneurs. Reste que le jeu en valait bien la chandelle. Même si Patrick Jeanjean, directeur général d'EIA, ne cache pas sa ferme volonté de céder cet ensemble immobilier (auquel s'ajoute un magasin de parfum exploité sous la marque Sephora) d'ici la fin 1998, Marriott a en effet signé pour une durée de 24 ans. Installée dans un immeuble neuf (coût global estimé à 300 millions de francs), dont la façade construit par la maison Louis Vuitton en 1914 a été entièrement restaurée, la chaîne a donc de quoi prendre son mal en patience. D'autant qu'elle dispose désormais de 192 chambres et suites de grand standing.

300 millions de francs

Agencé et décoré par le cabinet Samuel Création, en collaboration avec les équipes Marriott, l'établissement offre en effet des équipements ultramodernes. On va trouver ainsi dans chaque chambre, l'air conditionné à contrôle individuel, la salle de bain avec douche séparée, de grands bureaux avec prise PC, deux lignes téléphoniques, un téléviseur avec satellite, câble et programme vidéo interne... Sans oublier en outre, cinq chambres handicapées parfaitement équipées, un fitness center, des salles de réunion, un centre d'affaires (qui fonctionnera 24 heures sur 24 avec un système de carte bancaire), un piano bar avec service de restauration légère, un restaurant «Le Pavillon» dirigé par Jean-Jacques Massé. Et le fin du fin : un lobby Lounge, jardin d'hiver, avec toit ouvrant sur le ciel de Paris.

Tout un programme en perspective qui devrait séduire bon nombre de clients notamment étrangers. Ce, d'autant plus aisément que la reprise de l'économie internationale ainsi que la revalorisation de la livre et du dollar par rapport au franc favorise incontestablement l'arrivée de touristes en France et plus particulièrement en région parisienne. D'après une enquête réalisée par l'INSEE et la Direction du Tourisme, la fréquentation étrangère dans l'hôtellerie homologuée française a d'ailleurs enregistré une progression de 8,7% de janvier à avril dernier par rapport à la même période de l'année précédente.

80% d'occupation d'ici
à 18 mois

Longtemps délaissée au cours de ces dernières années au profit de Londres, Paris reprend effectivement du poil de la bête. Et l'hôtellerie haut de gamme tire de mieux en mieux son épingle du jeu améliorant de près de 8 points son taux d'occupation (66,98%) sur les quatre premiers mois de l'année 1997 selon les données du baromètre mensuel KPMG Axe Consultants.

Marriott compte bien entendu profiter de cette bonne conjoncture. Yehia Rashed, 42 ans, directeur général de l'hôtel Marriott Paris Champs Elysées, qui maîtrise déjà fort bien le marché français, puisqu'il y a passé six ans en tant que responsable financier de l'ancien Marriott Prince de Galles, nourrit ainsi de grandes ambitions pour son établissement. «Nous avons toutes les clefs du succès entre nos mains. Une adresse exceptionnelle, un hôtel ultramoderne, un contexte économique favorable... D'ici à dix huit mois, nous devrions facilement atteindre les 80% d'occupation ainsi qu'un prix moyen chambre entre 1.700 et 2.000 francs», annonce-t-il haut et fort. Et d'ajouter, «lorsque que nous avons quitté le Prince de Galles, nous avions une fréquentation supérieure à 87%. Pourquoi ne pourrions-nous pas aujourd'hui faire aussi bien.» Une chose est d'ores et déjà acquise : l'établissement devrait satisfaire pleinement la clientèle américaine. L'unité ayant été conçue de manière à ce que ces derniers se sentent «dans un hôtel de charme à la française». Les Français, quant à eux, auront sans doute le sentiment inverse. Autrement dit, ils penseront séjourner dans «un hôtel américain».

Claire Cosson

c.cosson@lhotellerie-restauration.fr

Marriott International renoue avec la France en s'implantant sur les Champs Elysées.

TARIFS 1997/1998
* Chambre de luxe, vue atrium 2.800 francs
* Chambre Executive, vue terrasse 3.200 francs
* Suite Studio, vue Champs Elysées 3.600 francs
* Junior suite, 62 m2 4.000 francs
* Junior suite de luxe, 70 m2 5.000 francs
* Suite présidentielle, vue Champs Elysées 9.000 francs
* Suite présidentielle, vue atrium 15.000 francs



L'HÔTELLERIE n° 2517 Hebdo 3 juillet 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration