Actualités


Actualité

Drame à Saint-Rémy de Provence

Le Café des Arts reprend du service, le cœur gros

Dix jours après l'accident, faisant trois morts et vingt blessés, les clients se sont remis peu à peu sur la terrasse du Café des Arts. Mais l'ambiance est triste sous la tonnelle de l'institution saint-rémoise.

«Depuis la création du Café des Arts, en juin 1946, pas même un vélo n'avait heurté la terrasse de l'établissement». Alain Caritou, patron de cette institution saint-rémoise est encore sous le choc. Samedi 31 mai, un conducteur a perdu le contrôle de son véhicule et a surgi sur la terrasse du Café des Arts, situé sur le boulevard Mirabeau, un sens unique circulaire autour du vieux village. Bilan : trois morts et vingt blessés. «J'ai perdu un ami et un couple de touristes suisses qui fréquentait l'établissement depuis 15 ans. Et un de mes employés a été blessé». L'automobiliste, un habitant de Saint-Rémy, âgé de 63 ans, est toujours hospitalisé.

Le parquet de Tarascon a ouvert une information judiciaire pour homicide et blessures involontaires et défaut de maîtrise de véhicule. Le juge d'instruction recherche les causes du drame : défaillance du véhicule ou défaillance physique du conducteur... Deux experts ont été nommés, un expert automobile et un médecin. Selon le tribunal de grande instance, les décisions de l'expertise seront révélées sans trop tarder. Pour l'instant, une famille des victimes s'est portée partie civile.

Solidarité

«Mes confrères ont manifesté une solidarité exemplaire», confie Alain Caritou. Le soir de l'accident, les bars du village ont fermé leurs portes plus tôt que de coutume. «Je reçois 50 à 60 appels téléphoniques par jour d'amis, de confrères et de clients». Un soutien qui vient de toutes parts : «Le syndicat hôtelier met à ma disposition son service juridique». Après la réouverture du bar, un confrère a prêté des chaises et des tables. «Je changerai ma terrasse plus tard. Aujourd'hui, je n'ai pas le coeur à ça». Rappelons qu'Alain Caritou a fait partie du conseil d'administration de l'Union des cafés hôtels restaurants des Bouches-du-Rhône pendant six ans et s'est également fortement impliqué au sein du syndicat du pays d'Arles. Il a aussi occupé le poste d'adjoint au maire au tourisme de Saint-Rémy de 1989 à 1995.

Le Café des Arts, aujourd'hui sous les feux d'une actualité dont il se serait bien passé, a acquis depuis des décennies une notoriété toute autre. Déjà, sous le nom de «Chez Sylvio», nom du beau-père de l'actuel propriétaire, ce bar-hôtel-restaurant est très vite devenu le rendez-vous des artistes peintres des Alpilles qui, exposaient sur les murs de l'établissement. «Chez nous, raconte Alain Caritou, ce ne sont plus à la longue des clients mais plutôt des amis qui fréquentent notre maison. J'ai accueilli deux générations de clientèle, une clientèle qui vient du monde entier, d'Europe, du Canada, de Nouvelle-Zélande...».

Il y a un an et demi, les propriétaires du Café des Arts avaient décidé de mettre l'affaire en vente. Ce drame risque d'accélérer les choses.

I. Legnazzi



L'HÔTELLERIE n° 2514 Hebdo 12 juin 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration