Actualités


Cafés

Toulouse

Une discothèque fermée pour six mois

Coup dur pour «Le Bikini», l'une des plus célèbres discothèques de Toulouse : la justice vient de signifier à son propriétaire, Hervé Sansonetto, une fermeture de six mois. A l'occasion de soirées «rave», ce dernier aurait «facilité l'usage de stupéfiants par fourniture de locaux». Emotion dans le monde des nuits toulousaines.

Mis en examen par le juge Marie-José Sonneville, Hervé Sansonetto ne comprend pas : «J'ai toujours lutté contre la drogue, montré la plus vigilance dans mon établissement. Je ne peux pas résoudre seul de tels problèmes de société. (...). On n'a jamais fermé un lycée où circule la drogue et mis un proviseur en examen.» Mais le juge ne l'a pas estimé ainsi, reprochant à l'exploitant sa «complicité» dans des échanges de cocaïne ou d'ecstasy, alors qu'il prêtait son établissement à des organisateurs de soirées «rave». Pour Hervé Sansonetto, le coup est d'autant plus rude que «Le Bikini» est devenu en moins de quinze ans un rendez-vous musical incontournable, voire le temple du rock, dont la notoriété a largement dépassé les frontières régionales pour être même apprécié des éditeurs de disques parisiens. D'innombrables artistes et groupes s'y sont succédé, de Claude Nougaro, Bernard Lavilliers, Manu Dibango à Téléphone, Big Soul ou Culture.

J.-C. Cougoule



L'HÔTELLERIE n° 2513 Hebdo 5 juin 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration