Actualités


Actualité

Economies d'énergie

Des hôtels cobayes dans les Hautes-Alpes

Depuis quelques semaines, 50 établissements hôteliers des Hautes-Alpes testent leur consommation d'énergie et expérimentent les moyens de la diminuer. Une opération pilote menée par l'Agence régionale de l'énergie de Provence-Alpes-Côte d'Azur en collaboration avec la Fédération hôtelière départementale et dont les résultats déboucheront sur des applications régionales.

Constatant la dérive continue des consommations électriques, la région Paca a en effet décidé d'engager un programme de maîtrise de la demande d'énergie dont elle a confié la réalisation à l'Arene. Après avoir identifié les secteurs où la demande est la plus forte, celle-ci a décidé de lancer, en partenariat avec les centres EDF-GDF des Alpes du Sud, des opérations pilotes dans les communes et l'hôtellerie.

La chasse aux gaspi

La Fédération hôtelière des Hautes-Alpes, département de montagne où les consommations sont élevées, avait d'abord participé pendant un an à un test préalable qui portait sur trois établissements modèles, choisis pour leur bonne gestion : un hôtel de chaînes en centre-ville, (l'Ibis de Gap) ; un 3 étoiles composé de 40 bungalows installé dans un village (Les Bartavelles aux Crots, près d'Embrun) et un 3 étoiles en station de ski (Le Christiana à Serre-Chevalier).

Hypothèse de départ : si l'on découvre dans des hôtels bien gérés des moyens d'économiser l'énergie, la chasse aux gaspi s'imposera d'autant plus ailleurs et son utilité sera démontrée.

"Deux organismes de contrôle ont étudié de près les consommations d'énergie de nos "cobayes" en diverses périodes de l'année, tant pour la fourniture d'eau chaude que pour le chauffage et la cuisine, explique André Rolland, président de la Fédération départementale et vice-président de la Fédération nationale. Ils ont mesuré les écarts entre les dépenses faites et ce qu'elles auraient pu être et ont constaté qu'ils étaient dus à trois facteurs : l'inadéquation du matériel utilisé, l'inadéquation du contrat souscrit, l'inadéquation des modulations. Nous avons donc été d'accord pour passer à l'étape suivante."

Depuis fin mars, des sociétés spécialisées réalisent donc des audits dans 50 établissements. Objectif : identifier les possibilités d'économie en agissant sur le niveau de performance des installations, la gestion de celles-ci et le comportement des occupants. Ces audits devront déboucher sur la définition d'actions d'information, de formation, d'investissement et d'organisation qui pourront être appliquées au niveau régional.

Fours allumés trop tôt en cuisine, fourniture d'un excès d'eau chaude à certaines périodes de l'année, contrats EDF surdimensionnés... dans certains cas, les hôtels peuvent économiser jusqu'à 30%. Et André Rolland de conclure : "C'est un moyen intéressant de diminuer les prix de revient des hôteliers qui ne peuvent aujourd'hui plus rogner sur le personnel ou d'autres postes."

L. Casagrande

Aude

Des chambres en plus pour les «petits» restaurants

Fixer la clientèle au-delà d'un simple repas, c'est un des problèmes majeurs des restaurateurs audois et plus précisément ceux des Corbières maritimes.

A Portel-des-Corbières, au coeur d'un fabuleux gisement touristique (Réserve africaine de Sigean, Terra-Vinéa, Château Lastours, proximité de la «grande bleue», etc.), Jean-Jack Landrieux, qui exploite le «Restaurant de la Berre», a acquis une ancienne maison d'habitation en vue d'y construire une structure hôtelière de 7 chambres (2 étoiles).

Préoccupation comparable à 16 kilomètres de là, vers l'intérieur, pour le nouveau «Meilleur ouvrier de France», Gilles Goujon, «Auberge du Vieux Puits» (1 étoile Michelin depuis quelques mois) qui envisage de compléter son superbe établissement d'une petite structure de 4 à 5 chambres.

«En effet, explique Gilles Goujon, si l'on veut retenir les clients, surtout pendant la saison estivale, quand les gîtes ruraux sont pris d'assaut (l'impact de «L'Auberge du Vieux Puits» sur l'immobilier et le tourisme est certain), nous sommes dans l'obligation de concrétiser ce projet, objectivement modeste sans doute, mais très important pour nous.»

Quant à la famille Vila qui règne sur «L'Auberge de Cucugnan», entre les «Citadelles du Vertige», lisez les châteaux de Quéribus et de Peyrepertuse dans le village du... Curé, elle s'apprête à aménager six chambres dans la partie haute de son établissement, où il y a manifestement de quoi faire. Et de quoi bien faire.

A. Desplas

Auvergne

Faire de la promotion

L'Auvergne a délaissé les affichages et la télévision pour sa dernière campagne de promotion, préférant cette fois la presse nationale magazine. Treize parutions, axées sur la randonnée ou le patrimoine, ont été publiées dans Télérama, Télé Star, Télé Loisirs, Equipe Magazine, Notre Temps, etc., en mars et avril derniers.

Pour le Comité régional du tourisme, qui met en oeuvre ces actions avec les Comités départementaux du tourisme, il fallait, pour 1997, renouveler le potentiel de prospects, élargir la cible clientèle et allonger la période de fréquentation après l'augmentation régulière de demandes de documentation ces dernières années suite aux campagnes de publicité nationale.

Pour épauler ces actions, le Comité a édité deux nouvelles brochures. Le "Guide de vos vacances" répertorie, en 36 pages, tous les atouts de la régions : châteaux, villes thermales, lacs, manifestations festives et culturelles, les oiseaux rares. Il propose quatre circuits de découverte de la région et des idées de séjours à thème autour de la pêche, de la randonnée, à pied, à cheval ou en vélo.

Le "Spécial Randonnée" présente sur 16 pages les différents aspects de la nature de l'Auvergne, les grands espaces découpés en six zones.

Pour ce qui concerne le tourisme d'affaires, le CRT prépare une communication spécifique destinée aux dirigeants d'entreprises pour septembre prochain, période à laquelle les lieux de destination des séminaires et congrès sont choisis.

P. Boyer

L'opération continue à mobiliser

Au 21 mai, 6.827 contrats-accueil avaient été signés. Quelques exemples, quelques idées.

LE PASSEPORT «tourismons» en Essonne

L'opération est reconduite pour 1997 avec quelques améliorations : prolongation de la durée (du 1er juin au 31 août). Ce passeport, gratuit, numéroté, nominatif, présentera les prestataires associés à l'opération (hôtels, restaurants, musées, etc.) qui s'engagent à faire une remise exceptionnelle d'au moins 10%. En complément, le CDT et Produits et Terroir proposeront des bons de réduction d'une valeur de 110 F par passeport.

LE CALVADOS SANS MODERATION

340 établissements touristiques sont partenaires de cette opération (hôtels, campings, gîtes, musées, etc.), leur volonté est de mieux accueillir pour fidéliser leur clientèle à «visiter sans modération» le Calvados. Les Trophées du tourisme seront remis en 1997.

LE GESTE D'ACCUEIL D'AIX-EN-PROVENCE

Dans le cadre de l'opération Bonjour, les professionnels participants offriront, en fonction de leur imagination, un verre d'eau fraîche, une friandise, une fleur... le type de geste d'accueil est libre. Le choix du verre d'eau n'est pas anodin, Aix, connue pour ses vins des Coteaux d'Aix, a aussi des eaux thermales et justement, l'année 1997 est l'année de réouverture de l'établissement thermal...



L'HÔTELLERIE n° 2513 Hebdo 5 juin 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration