Actualités


Vie professionnelle

Assemblée générale de la FNIH Maine-et-Loire

Un cahier de doléances épais

Dans le département du Maine-et-Loire, le secteur CHR représente plus de 1.500 établissements pour quelque 6.000 emplois. Forts de cette contribution importante à l'économie départementale, les hôteliers-cafetiers-restaurateurs entendaient donc bien exposer leurs griefs lors de leur récente assemblée générale, désertée par les élus. Le programme est connu : charges trop importantes, TVA mal adaptée, paracommercialisme, etc. Sur ce dernier sujet, les représentants de la Fédération de l'industrie hôtelière du Maine-et-Loire n'ont pas hésité à s'en prendre à la mutation des licences à objet touristique dans certaines communes rurales. "Ou vont-elles aller lorsque les petits cafés n'existeront plus ? Rejoindre les salles communales ? s'interroge Robert Touchet, le président du syndicat. Le phénomène du paracommercialisme demeure diffus : chambres d'hôtes, caveaux des viticulteurs... C'est la répétition qui devient pénible."

La situation s'avère d'autant plus préjudiciable que les résultats de l'année dernière ne portent pas à l'optimisme. "Dans l'hôtellerie, l'activité a encore baissé de 4% en 96." Dans la même année, deux établissements angevins ont fermé, alors qu'un complexe Hôtel-Center devrait voir le jour. "Normalement, ils devraient construire des résidences étudiantes, mais un exemple similaire sur Saint-Brieuc (où certaines résidences ont été transformées en chambres d'hôtel) nous impose la prudence." Les problèmes se multiplient et Robert Touchet regrette la faible participation de ses adhérents (à peine 10%) à l'assemblée générale. "C'est démoralisant. Quelqu'un disait récemment, à voir le nombre de présents, on a l'impression que la profession va bien."

O. Marie



L'HÔTELLERIE n° 2511 Hebdo 22 mai 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration