Actualités


Chapeau !

Quel bel exemple de maturité, de dynamisme et de professionnalisme : plutôt que de continuer à se plaindre, à apostropher avec autant de colère que d'accablement les hommes politiques de tous bords pour, en vrac, les accuser de tous les maux dont souffrirait la restauration française depuis quelques années maintenant, un certain nombre de restaurateurs et non des moindres, ont choisi de regarder devant et de valoriser ce métier, son professionnalisme et les entreprises du secteur. BRAVO !

Deux initiatives différentes, mais parfaitement complémentaires : la première est une fête, une très belle fête, puisque c'est celle de la cuisine, de l'accueil, de la générosité, la seconde est d'un autre ordre, elle est le fruit d'un engagement dans le temps, sur la qualité d'une prestation, d'un service, en un mot, elle est encore une belle marque de professionnalisme dans la mesure où les cuisiniers concernés s'imposent des contrôles pour être certifiés.

Des démarches exemplaires qui montrent bien que de très nombreux restaurateurs sont des hommes qui savent se remettre en cause, être exigeants envers eux-mêmes pour toujours mieux assouvir leur passion : leur métier de cuisinier. Dans les deux cas, c'est vers la satisfaction du client qu'ils ont investi : chercher à lui faire plaisir, lui faire découvrir le bonheur d'un beau service, d'un bel accueil, d'un bon repas pour la Fête de la cuisine, mais, au-delà de l'événement, la démarche de qualité de la labellisation ne fera que satisfaire le client, sécurisé par l'assurance du professionnalisme du restaurateur qui le reçoit.

Pour faire la différence entre les bons professionnels et les autres, ils ont choisi, sans pour autant tirer sur les autres, de mettre en valeur la qualité de leurs prestations, afin de mieux attirer et fidéliser les clients. Ils savent que pour améliorer leurs résultats, le seul discours sur un allégement des charges, renforcé par un combat contre la TVA, ne seront que peines perdues si les chiffres d'affaires ne sont pas en progression. Et ils savent parfaitement que si les politiques ont un quelconque pouvoir sur le niveau des charges, personne d'autres qu'eux ne peut avoir de pouvoir sur la fréquentation de leurs restaurants. De plus en plus, aujourd'hui, l'écart se creuse entre ceux qui affichent complet à longueur de temps et les autres. Les premiers ont su se remettre en cause, sans état d'âme, être à l'écoute de l'attente de la clientèle pour mieux y répondre. Ce sont les mêmes qui cherchent toujours à mieux faire, qui osent innover et qui réussissent. La restauration française, avec des professionnels de cette espèce, a encore de très beaux jours devant elle !

P.A.F



L'HÔTELLERIE n° 2512 Hebdo 29 mai 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration