Actualités


Restauration

Limoges

Overdose de fast-foods

Les restaurateurs traditionnels de la capitale limousine ne cachent pas leurs inquiétudes face à la prolifération de restaurants rapides constatée sur les onze derniers mois. Pas moins de 10 établissements de ce type ont ouvert leurs portes, inscrits au RC de la CCI sous la rubrique «Restauration», mais portant des enseignes comme «Le 21», le «Cellier du Coutheil» ou la «Régaldine». Ils ont comme point commun la production de sandwichs ou autres services de plats cuisinés, sous le régime d'une TVA à 5,5% (restauration à emporter), tandis que les «vrais» restaurateurs sont toujours à 20,6%, situation qui provoque la grogne de ces derniers.

Une grogne qui devrait s'amplifier avec l'ouverture du second McDonald's limougeaud (sur le parking de Carrefour) prévue en juin prochain, accompagnée de plusieurs projets en cours de réalisation, l'organisme consulaire recensant à ce jour 34 sociétés existantes en la matière sur le secteur de Limoges. Les professionnels de la restauration demandent donc la baisse de la TVA entre 13 et 14% et espèrent voir une application plus forte des taxes sur la vente à emporter qui pourrait permettre de faire jouer un peu plus la concurrence. Une concurrence préoccupante en raison de ces chiffres : le «France Quick» ouvert en 1985, rue du Clocher, au coeur de la ville, était alors un novateur. Aujourd'hui, il réalise 17 MF de chiffre d'affaires. De quoi donner l'idée à la direction du groupe d'en implanter un second.

J.-P. Gourvest



L'HÔTELLERIE n° 2511 Hebdo 22 mai 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration