Actualités


Formation

Metz

Le Lycée hôtelier mise sur les spécialités

La brochette de personnalités politiques présentes courant avril au baptême de la dernière promotion de BTS prouve l'attention croissante portée au Lycée hôtelier régional Raymond Mondon de Metz. Gérard Longuet, président du Conseil régional de Lorraine et Jean-Marie Rausch, sénateur-maire de Metz, entouraient le parrain Philippe Seguin, président de l'Assemblée nationale.

23 ans après sa création, l'unique Lycée hôtelier de Lorraine affiche des taux de placement très enviables. Le questionnaire remis récemment par 100 anciens élèves dresse le panorama suivant : 60 diplômés ont trouvé du travail, 17 ont poursuivi leur formation. Le reste se répartit entre 16 garçons qui effectuent leur service national et 7 anciens sans emploi «et qui ont indiqué explicitement qu'ils n'en recherchent pas», affirme le proviseur Jean-Jacques Zeil, présent à ce poste depuis la création de l'établissement.

Dans un contexte de plus en plus difficile, le proviseur attribue une bonne part de la réussite aux cinq formations spécialisées : les élèves du Bac Professionnel, du Bac Technologique et du BTS peuvent suivre une année complémentaire, dont 8 à 14 semaines de stage, en oenologie, pâtisserie de qualité, traiteur, cuisine de haut niveau et héber-gement/accueil. 60 jeunes poursuivent ainsi leur formation et Jean-Jacques Zeil souhaite voir ce nombre augmenter : «Ces jeunes ne rencontrent aucun problème d'embauche. Dans 99% des cas, ils travaillent dans la spécialité qu'ils ont choisie.» En outre, ces spécialisations permettent d'instaurer une complémentarité entre le Lycée hôtelier de Metz et son prestigieux voisin de Strasbourg-Illkirch. Ce dernier ouvre ses portes aux élèves lorrains qui souhaitent suivre d'autres formations, par exemple au poste de gouvernante d'étage.

Basé sur le technopôle de Metz, le Lycée Raymond Mondon occupe le cinquième rang français en nombre, avec 600 élèves. Au terme d'un entretien puis de l'étude du dossier, il accueille environ 180 candidats par an, dont 80 en BEP ou Bac Pro et 100 en Bac Technologique et en BTS. Cette dernière section comprend une classe de mise à niveau (20 élèves).

Depuis quelques années, un cinquième de chaque promotion trouve un emploi au Luxembourg tout proche : cette réalité illustre le potentiel que représente la position frontalière de l'établissement lorrain. Jean-Jacques Zeil compte en tirer profit pour développer des stages à l'étranger (Suisse, Luxembourg, Allemagne en particulier) dès que se régleront les questions administratives liées à ce type d'initiatives.

M. Nussbaum



L'HÔTELLERIE n° 2511 Hebdo 22 mai 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration