Actualités


Actualité

Logis du Pas-de-Calais

Un parfum transfrontalier

Les Logis du Pas-de-Calais devraient passer de 35 unités à 40 prochainement. L'action commerciale s'accroît vers l'étranger et cible les touristes un peu différents.

Adaptés à une période que tout le monde a identifié comme difficile, les Logis de France ne donnent pas de signes de faiblesse particulier dans le Pas-de-Calais. Le président départemental, Bernard Beauvalot, ne note aucun sinistre cette dernière année. Les fermetures concernent de petits établissements de campagne dont les exploitants prennent leur retraite sans successeurs. Ce qui ne veut pas dire que ces établissements n'intéressent pas les clients. Encore faut-il tenter les jeunes repreneurs. Peut-être la création des Auberges de France que les Logis du Pas-de-Calais ont bien l'intention de relayer y aidera-t-elle.

Mais quelques reprises se sont déroulées sans problème comme celle du Saint-Louis (30 chambres) de Saint-Omer. Par ailleurs, la formule attire toujours plus. Cinq candidats à l'enseigne devraient être intronisés dans l'année, portant l'effectif de 35 à 40 établissements. Ce sont le Régina de Hardelot, l'Astoria d'Arras, l'Aquarium de Fresnes-les-Montauban entre Arras et Douai, le Moderne du Touquet et les Hauts de Montreuil de Montreuil-sur-Mer. Il est symptomatique de noter que les candidats se situent dans les zones les plus dynamiques de la côte et de la région d'Arras. Mais les Logis sont partout dans le département. A Isbergues, petite ville industrielle un peu loin de tout, Thierry et Christine Wident exploitent avec succès Le Buffet, un bâtiment bien modeste près de la gare, mais fort agréable à l'intérieur. Ils ont reçu le diplôme d'honneur des Logis à l'issue de l'assemblée générale départementale tenue chez eux le 14 avril dernier.

«Se comporter comme une agence»

L'heure est à la remise en question, aux changements d'habitude, aux efforts de promotion. En assemblée générale, le président a amicalement insisté sur la nécessité de revendiquer l'enseigne au téléphone (Logis de France George V bonjour !). Les réactions sont encore mitigées.

Les actions de promotion lancées avec l'appui du Comité départemental du tourisme (CDT) qui assure la logistique de l'association, la présence sur les salons etc., visent d'abord la clientèle frontalière britannique et belge. Une première action sera engagée en Allemagne avec un workshop à Cologne où d'autres organisations seront présentes. "Nous envisageons aussi le montage d'un produit "Eurologis" avec les associations des pays voisins. Nous savons que ce sera difficile", explique le président Beauvalot.

Avec le CDT et des partenaires, les Logis pensent aussi à des produits itinérants associant plusieurs hôtels et un déplacement à pied ou en VTT. La voiture reste au point de départ, mais les bagages suivent sans soucis pour le bénéficiaire. Ce n'est pas si facile non plus, mais cela permet concrètement de mettre en place une coopération entre hôtels, "chacun devant se comporter comme une agence en faveur des autres", a rappelé le président.

Dernier aspect et non des moindres, les deux associations départementales vont tenter de rassembler leurs forces et de se rapprocher au moins sur des projets précis comme un dépliant commun. Les présidents Beauvalot et Bellot sont en bonne relation. L'une des difficultés est de travailler avec deux CDT, chacun pourvu de son budget. Ce qui n'est pas insurmontable.

A. Simoneau

En assemblée générale à Isbergues, un mouvement des Logis très dynamique

dans le Pas-de-Calais.



L'HÔTELLERIE n° 2510 Hebdo 15 mai 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration