Actualités


Vie professionnelle

TVA trop lourde

Signatures des chèques sur papier libre

Le Syndicat patronal de l'hôtellerie du Morbihan, que préside à Lorient Jean-Marc Le Carour, tenait son assemblée générale fin avril à la CCI de Lorient. Le mot d'ordre reste toujours la mise sous séquestre de la taxe professionnelle.

Première escarmouche, l'opération «chèque sur papier libre» qui sera lancée au lendemain des élections législatives, en juin. Roland Magne, président de la Confédération nationale, a exhorté les troupes : «Pour exister et nous défendre, il faut nous donner la main. Nous sommes à la veille de la signature de conventions collectives. Elles seront utiles à la profession qui a besoin de redorer son blason et qui a du mal à recruter du personnel.» A propos de la différence entre le taux de TVA frappant les achats (5,5%) et celui appliqué aux ventes (20,6%), qui pénalise la restauration à consommer sur place, Roland Magne estime «qu'il s'agit d'un véritable racket plaçant la restauration française dans une situation de concurrence inégale par rapport aux autres pays touristiques comme l'Italie, le Portugal (TVA à 12%), ou l'Espagne (7%)».

«Il faut constituer un groupe de pression pour créer un rapport de force», a incité le président Magne. En attendant, pour Jean-Marc Le Carour, la nouvelle donne électorale ne lève en rien l'hypothèque. «Sera-t-on capable de ne payer que 18,6% de TVA à partir du 1er août ?» L'émission, pour ceux qui auront un acompte en juin, d'un chèque sur papier libre constituera un coup de semonce. Le blocage par mise sous séquestre n'interviendra que le 15 décembre. Le dialogue devra donc s'instaurer dès la mise en place de la nouvelle chambre des députés.

A. de Sigoyer



L'HÔTELLERIE n° 2510 Hebdo 15 mai 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration