Actualités


Courriers des Lecteurs

Rubrique animée par Pascale Carbillet

Exclusivement réservée aux établissements abonnés.

Il est obligatoire d'avoir au moins

un veilleur de nuit dans un hôtel

Je vous serais reconnaissant de me faire parvenir des décisions quant à nos obligations légales concernant la présence d'un veilleur de nuit dans notre entreprise qui est un hôtel. (C.T. de Vannes)

Oui ! La présence d'un gardien, d'un responsable ou d'un veilleur de nuit est obligatoire, et ce, quelle que soit la catégorie de l'établissement, à partir du moment où il s'agit d'un hôtel, qui est aussi appelé local à sommeil par la réglementation.

Cette obligation s'inscrit dans le cadre des mesures de sécurité instaurées dans les hôtels. Nous vous reproduisons l'article PE 27 qui fixe ces règles.

Alarme, alerte, consignes

1- Un membre du personnel ou un responsable doit être présent en permanence lorsque l'établissement est ouvert au public.

Toutefois, cette disposition n'est pas applicable aux établissements recevant moins de vingt personnes et ne comportant pas de locaux à sommeil.

2 - Tous les établissements doivent être équipés d'un système d'alarme selon les modalités définies ci-dessous :

a) l'alarme générale doit être donnée par établissement recevant du public et par bâtiment si l'établissement comporte plusieurs bâtiments ;

b) le signal sonore d'alarme générale ne doit pas permettre la confusion avec d'autres signalisations utilisées dans l'établissement. Il doit être audible de tout point du bâtiment pendant le temps nécessaire à l'évacuation ;

c) le personnel de l'établissement doit être informé de la caractéristique du signal sonore d'alarme générale. Cette information peut être complétée par des exercices périodiques d'évacuation ;

d) le choix du matériel d'alarme est laissé à l'initiative du chef d'établissement qui devra s'assurer de son efficacité.

e) le système d'alarme doit être maintenu en bon état de fonctionnement.

3 - La liaison avec les sapeurs-pompiers doit être réalisée par téléphone urbain dans tous les établissements. Toutefois, dans les cas d'occupation épisodique ou très momentanée de l'établissement, cette liaison n'est pas exigée.

4 - Des consignes précises, affichées bien en vue, doivent indiquer :

- le numéro d'appel des sapeurs-pompiers ;

- l'adresse du centre de secours de premier appel ;

- les dispositions immédiates à prendre en cas de sinistre.

5 - Le personnel doit être instruit sur la conduite à tenir en cas d'incendie et être entraîné à la manoeuvre des moyens de secours.

6 - Dans les établissements implantés en étage ou en sous-sol, un plan schématique, conforme aux normes, sous forme d'une pancarte indestructible, doit être apposé à l'entrée, pour faciliter l'intervention des sapeurs-pompiers. Ce plan comporte l'emplacement des locaux techniques, des stockages dangereux, des dispositifs de coupure des fluides et des commandes des équipements de sécurité.

Toujours une redevance pour

un poste de télévision

Je possède un hôtel de 11 chambres et je n'avais pas installé la TV dans les chambres. J'ai entendu parlé de la loi sur la redevance de l'audiovisuel qui prévoyait qu'un hôtel de 11 chambres ne paye qu'une seule redevance par an pour 11 télévisions. A priori, cette loi est sortie au Journal Officiel. J'ai fait l'installation de l'antenne et je n'ai installé la télévision que dans quelques chambres, c'est-à-dire 7, en mars 1997. A ma désagréable surprise, j'ai lu sur L'Hôtellerie du 3 avril que je suis obligé de payer 7 redevances. Pouvez-vous me donner plus de renseignements ? (H.N. de Paris)

Effectivement, la mesure annoncée par Bernard Pons, qui prévoyait le paiement d'une seule redevance pour les onze premiers postes n'a pas trouvé application. Peu de temps avant sa publication au Journal Officiel, le Conseil d'Etat donnait un avis défavorable à ce projet de décret au motif que cette mesure entraînait une inégalité devant l'impôt. Dès que la nouvelle a été connue, nous avons annoncé à nos lecteurs l'annulation de cette mesure tant attendue. Cette information a même fait l'objet de la première page du journal de L'Hôtellerie n°2492 du 9 janvier 1997.

Il est regrettable que vous en ayez pris connaissance seulement maintenant, surtout après l'achat de postes. Vous devrez donc payer une redevance pour chacun des postes détenus.

Mais il ne faut pas perdre espoir. Les organisations syndicales et le ministère sont toujours en discussion pour proposer un projet de décret qui pourra être accepté par le Conseil d'Etat.

Où trouver les panonceaux de classement des hôtels ?

Abonné à votre journal, mais non adhérent à la FNIH, je vous serais reconnaissant de me faire savoir s'il est possible de commander directement à un fournisseur un panonceau d'hôtel classé tourisme ? (J.C.B. de Lyon)

Il est vrai que le plus souvent les hôteliers s'adressent à leur syndicat professionnel pour obtenir ce panonceau. Mais quand vous n'appartenez à aucun syndicat, vous pouvez obtenir directement auprès de la société GIROD signalétique le panonceau bleu NN qui indique le classement de votre hôtel. Vous pouvez contacter cette société aux coordonnées suivantes :

GIROD signalétique

B.P. 4

Belle Fontaine

39401 Morez Cedex

Tél. : 03.84.34.61.00.

Fax : 03.84.34.61.10

Notre conseil :

N'oubliez pas lors de la commande de joindre une photocopie de l'arrêté préfectoral de classement de votre établissement.

Les débitants de boissons peuvent aussi s'adresser à cette société pour obtenir le panonceau licence IV.

Ça va mieux en le disant

Vers une augmentation des activités occultes ?

Je suis très surpris de lire dans votre supplément du 17 avril sur la formation, que les restaurateurs ne trouvent pas de personnels adaptés.

En trente années d'exercice, nous avons toujours respecté notre personnel et rémunéré celui-ci selon sa propre valeur. Je pense qu'actuellement, ce n'est pas le cas dans un grand nombre d'entreprises et que sans une réforme de l'hôtellerie, il sera très difficile de recruter du personnel qualifié dans les prochaines années. Je rejoins donc vos propos. Pour notre part, nous avons plus souvent travaillé avec de bonnes équipes, ce qui donne un travail plus agréable et plus apprécié de la clientèle.

Notre fils est à la recherche d'un emploi depuis trois mois. Il ne possède pas de diplômes. Entré à 18 ans à l'Intercontinental de Paris comme commis. Employé exemplaire pendant 5 ans, en 1986, il a quitté cet emploi pour entrer dans la SNC que nous venions de créer en Savoie. Il était chargé de faire la fermeture de 16 h 00 à 1 h 30 avec deux employées. Je pense donc que notre fils est capable de prendre des responsabilités. En décembre 1996, il a commencé une saison en restauration à Megève. Le 20 janvier, la totalité du personnel n'avait ni contrat ni salaire, après un entretien avec la direction ; notre fils a obtenu son bulletin de paie indiquant un emploi à mi-temps alors que celui-ci avait travaillé 160 heures en 10 jours, même chose pour le mois de janvier. De tels employeurs ont pignon sur rue !

Depuis cette malheureuse expérience notre fils a envoyé une cinquantaine de C.V. en joignant des enveloppes timbrées. Il n'a reçu que quatre réponses. Lors de notre dernière année d'activité, nous recherchions une serveuse. Suite à l'annonce passée dans votre journal, nous avons reçu une soixantaine de demandes dont très peu avec une enveloppe jointe. Néanmoins, nous avons répondu à toutes ces lettres, ce qui à mon sens est la moindre des politesses.

Actuellement, je pense que sans une diminution du taux de TVA et une réduction des charges sociales, nous allons vers une augmentation des activités occultes. Ce qui est regrettable pour tout le monde, employeur comme salarié.

(M.M. de Modane)

Légumes cuisinés à réchauffer

J'ai un hôtel de 18 chambres et j'aimerais pouvoir répondre à la demande de ma clientèle en lui permettant de manger à toute heure des plats légers comme une salade, une assiette de légumes, un poisson. Malheureusement, en raison de l'organisation de mes locaux, je ne peux rien faire cuire en dehors d'un micro-ondes. Quelle solution trouver pour des plats de légumes, les clients en ont assez des poissons cuisinés avec du riz ou des pâtes. (P.L. de Nantes)

Il existe des gammes de légumes frais en portions individuelles que vous pouvez remettre en température directement dans l'emballage, en 5 minutes. Trois mélanges sont proposés par la société SOLECO : carottes-choux-fleurs-brocolis ; courgettes-poivrons-oignons et tagliatelles de légumes avec poireaux, courgettes, carottes. Avec ces produits, il vous suffit de rajouter un noix de beurre ou un filet d'huile d'olive et un peu de persil ou de coriandre hachés.

Vous pouvez contacter cette société SOLECO aux coordonnées suivantes :

Tél. : 02.33.47.48.49.

Romantik Hôtels

Suite à la parution de l'article «Le pari du développement de Romantik Hôtels» dans le journal L'Hôtellerie du 13 mars 1997, nous souhaiterions connaître les coordonnées exactes de Romantik Hôtels. (M.L.V. de Annecy)

Vous pouvez prendre contact avec cette société aux coordonnées de son siège social en Allemagne :

Romantik Hôtels

Hörsteiner Strasse 34

Postfach 1144

8757 Karlstein-Main

Allemagne

Tél. : 00.49.61.88.950.20.



L'HÔTELLERIE n° 2508 Hebdo 1er mai 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration