Actualités


Actualité juridique

Votre argent

Le poids des frais sur les rendements de l'assurance-vie

Les taux de rendement annoncés par les assureurs en début d'année confirment les qualités de placements à long terme des contrats d'assurance-vie en francs. Mais ces taux qui étaient en 1989 supérieurs à 10% avoisinent aujourd'hui 6,50%. C'est donc le moment de s'assurer que ni les sommes que vous déposez, ni les intérêts acquis sont amputés par des montants de frais trop élevés.

Deux types de frais peuvent réduire la rentabilité réelle d'un contrat d'assurance-vie. Il s'agit en premier lieu, des «frais de chargement» qui sont prélevés sur tous les versements quel qu'en soit le montant et en second lieu, des frais de gestion qui sont prélevés sur le montant total de l'épargne gérée.

Le poids des frais de gestion est relativement facile à connaître. En effet, les taux de rendement annoncés en début d'année par les diverses compagnies pour leurs contrats sont des taux nets de frais de gestion. Mais en revanche, le taux indiqué sur votre relevé de compte est habituellement un taux brut. Il suffit donc de faire une soustraction pour connaître le taux de frais pratiqué. Plus ce taux est élevé, plus il est difficile pour le gestionnaire du contrat de pouvoir afficher un taux net valable sans prendre de risques.

Ainsi, s'il annonce 6,50% net avec 1% de frais de gestion, il doit gérer les avoirs qui lui sont confiés de façon à gagner 7,50%. Il est donc obligé de prendre plus de risques vu le niveau des taux actuels que le gestionnaire dont les frais ne s'élèvent qu'à 0,20% et pour lequel une rentabilité de 6,70% est suffisante pour aboutir au même résultat final.

En revanche, il est plus difficile de connaître le taux des frais de chargement, car il faut lire le contrat et celui-ci est souvent écrit très petit. Or, ces frais réduisent souvent de façon importante la part de vos versements qui aboutit effectivement sur votre contrat. A terme, la perte peut être significative comme le prouve le tableau n°1.

Il faut donc faire l'effort de lecture et ne pas hésiter si vous souhaitez effectuer un versement important à demander une réduction des frais de chargement. C'est d'ailleurs souvent prévu au contrat (barème dégressif de frais).

Mais il n'y a pas que ces frais qui peuvent réduire la rentabilité effective d'un contrat, il y a aussi le mode de prise en compte des dates de versement. Peu de souscripteurs savent en effet que le système des dates de valeur sévit également dans le monde de l'assurance et que souvent, quelle que soit la date de l'opération, un versement n'est comptablement pris en compte que le 1er et le 15 du mois, voire même seulement le 1er du mois suivant. Donc votre argent peut devoir attendre 15, voire même 30 jours pour être enfin rénuméré, si vous ne prenez pas garde aux dates de valeur pratiquées. Il faut donc demander !

Autre détail trop souvent négligé lors de la lecture d'un contrat et qui pourtant peut modifier de façon notable sa rentabilité : le mode de calcul du rendement de la dernière année quand la sortie intervient à une date différente de la date anniversaire de la souscription. Une situation fréquente, la majorité des contrats se dénouent du fait du décès du souscripteur.

Chaque assureur a son propre mode de calcul. Ainsi, certains assureurs prévoient dans leurs contrats de donner 85% du rendement de l'année précédente rapporté à la durée de détention, voire même 100% du taux garanti (3,5%) également prorata temporis ou revoient chaque année le montant du taux forfaitaire alloué. Des différences qui peuvent se révéler notables lorsque les sommes en jeu le sont aussi comme le prouve le tableau n°2 ci-joint.

C'est donc le moment de relire votre contrat et de poser par écrit quelques questions à votre assureur sur ces différents points afin d'obtenir en retour une réponse qui l'engage.

Marie-Claude Barbier

Tableau 1

Rémunération de l'épargne en cas de décès ou de rachat total

Epargne acquise au 01.01.1997 : 100.000 F

Décès ou rachat total au : 01.11.1997

Contrat Société d'assurance Décès/Rachat total Epargne acquise (*)
au décès/Rachat total
Afer Taux forfaitaire au prorata 105.250 F
Abeille Vie Taux 97 : 6,30%
Prévi Retraite 80% du taux de (n-1) 104.493 F
Suravenir au prorata
Taux 96 : 6,74%
Cler-AGIPI 85% du taux de (n-1) 104.640 F
Alpha Assurances au prorata
Vie Taux 96 : 6,55%.
Adif Epargne Taux garanti de l'année n 104.875 F
Mutuelle du Mans vie au prorata
Taux 97 : 5,85%
Actiplus 1 Taux forfaitaire 105.000 F
Mutavie au prorata
Taux 97 : 6%

Tableau 2

Contrats Compagnies Année de création Frais sur versement Versement unique
d'assurance-vie du contrat (en %) net de frais (en F)
Afer Abeille Vie 1976 4,525 9.547,5
(Groupe commercial Union)
Gaipare Allianz Via Vie 1984 5,25 9.475
Prévi Retraite Suravenir 1985 4,75 9.525
(Crédit mutuel de Bretagne)
Cler-Agipi Alpha Assurances Vie 1985 5 9.500
Adif Epargne Mutuelle du Mans Vie 1984 5,5 9.450
Actiplus Mutavie (Filiale vie
de la Macif) 1982 5 9.500
Prédige Predica (Crédit Agricole) 1988 5 9.500
Fructiretraite Fructivie (Groupe
Banques Populaires) 1986 5 9.500
Record 1 GAN 1986 6,45 9.355
(*) taux net = taux de rendement de l'épargne déduction faite des frais de gestion annuels (lesquels sont applicables au montant de l'épargne gérée).
(**) Bruts de CRDS

Taux de rendement net (*) en % Epargne constituée (**)
en francs
1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996
9,62 9,22 9,24 9,27 9,30 7,72 7,44 6,84 18.441
10,07 9,25 9,10 9,25 9,10 7,82 7,36 6,97 18.346
9,70 9,52 9,35 9,17 8,71 7,75 7,25 6,74 18.319
9,70 9,15 9,25 9,25 9,25 7,75 7,00 6,55 18.221
10,18 9,38 9,54 9,04 8,08 7,61 7,07 6,75 18.083
9,00 8,42 8,60 8,60 8,15 7,55 7,15 6,80 17.625
7,88 8,09 8,47 8,47 7,80 7,50 7,10 6,50 17.228
8,00 8,10 8,18 8,29 8,29 7,31 6,58 6,23 17.095
9,00 9,00 8,50 8,25 7,50 7,00 6,50 6,15 16.975



L'HÔTELLERIE n° 2504 Hebdo 3 avril 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration