Actualités


Vie professionnelle

Aix-en-Provence

Pour une participation accrue à la politique
économique de la ville

Lutte accrue contre le paracommercialisme, volonté plus forte que jamais d'agir pour être représenté dans les instances de la vie économique et socioprofessionnelle aixoise, appui sans faille aux principales revendications nationales... Tels sont quelques-uns des thèmes abordés par le Syndicat hôtelier d'Aix-en-Provence au cours de son assemblée générale qui s'est récemment tenue dans les salons du Mercure Grand Hôtel du Roy René.

Après avoir rappelé les actions menées avec succès au cours de l'année écoulée et déjà évoquées dans les colonnes de notre journal (gel du prix des terrasses, paiement semestriel de la redevance, suppression de la taxe sur les bacs à fleurs), les professionnels ont insisté sur leur souhait de participer très activement au développement touristique de la ville. Le directeur de l'office du tourisme et l'adjointe au tourisme de la ville d'Aix assistaient d'ailleurs à l'assemblée générale du syndicat aixois, aux côtés de Georges Antoun, le président départemental du CHR 13.

Après de longues négociations, le syndicat local, qui siégeait déjà au Conseil d'administration de l'office du tourisme, a fait entrer deux de ses représentants au Conseil d'administration du Comité des fêtes. Il a ainsi pu obtenir qu'Aix-en-Provence renoue avec la tradition carnavalesque qui était autrefois la sienne et a mis sur pied à cette occasion, en collaboration avec les associations étudiantes, une semaine de fête inédite qui s'est déroulée du 1er au 9 mars.

Au menu des réjouissances : spectacles de rue faisant appel à plus de 100 artistes, comédiens, musiciens, magiciens ou clowns ; concerts et scènes ouvertes l'après-midi midi sur la Rotonde et le Cours Mirabeau ; petit train parcourant la ville après avoir fait le plein de voyageurs déguisés ; défilés divers et pour clôturer cette semaine d'animation exceptionnelle le corso traditionnel avec quinze chars fleuris, dont un parrainé par l'Union CHR 13.

Une commission spéciale

Outre cette participation active à la politique touristique de la ville, le syndicat aixois a décidé d'accroître sa lutte contre la concurrence déloyale du paracommercialisme et a créé une commission spécifique, chargée de répertorier de manière précise tous les abus et d'intervenir systématiquement pour qu'ils cessent. Il a également affirmé plus nettement que jamais sa volonté de continuer à peser de tout son poids dans les instances socio-économiques de la ville. Rappelant que la mobilisation des adhérents avait permis au CHR 13 et au secteur tertiaire d'avoir la majorité au sein de la Médecine du travail contre l'Union patronale (lire L'Hôtellerie n° 2498), Pierre Alfonsi, le président des professionnels du pays d'Aix, leur a demandé de se préparer pour être aussi efficaces lors des prochaines élections à la Chambre de commerce et d'industrie, de même que lors du renouvellement quinquennal du Conseil des prud'hommes qui se déroulera en fin d'année.

Enfin, le Syndicat aixois a réaffirmé son soutien aux grandes actions menées au niveau national, insistant particulièrement sur la diminution et la déductibilité du taux de TVA, la réforme du code des débits de boissons, la signature de la Convention collective nationale. Pierre Alfonsi a réaffirmé le rôle attentif qu'il aura au niveau des élections à la FNIH et plus particulièrement au niveau de la branche cafetiers. «Sans être candidat, je serai très vigilant sur les dossiers de réforme du Code des débits de boissons et des charges sociales», a-t-il précisé.

L. Casagrande

Le nouveau bureau du CHR Aix-en-Provence

Président général : P. Alfonsi (La Belle Epoque)

Président adjoint : J.-P. Bonnet (Le Saint-Christophe)

Secrétaire général : R. Lambert (CHR 13)

Trésorier : R. Benaud (Résidence Rotonde)

Hôtellerie : J.-P. Bonnet

Restauration : B. Ungaro (L'Amphitryon)

Brasseries/cafés : M. Cuttolli (Le Solférino)

Commission paracommercialisme : MM. Martel (Le Moulin), Armilano (Le Cintra), Basque (L'Aix Hôtel)


En direct de Bruxelles

Affaires sociales

Négociations sur le travail à temps partiel

En juillet 1996, l'Unice (Union des Confédérations de l'industrie et des employeurs d'Europe), le CEEP (Centre européen de l'entreprise publique) et leur partenaire social CES (Confédération européenne des syndicats) ont annoncé leur intention d'entamer des négociations sur le sujet de la flexibilité du temps de travail et la sécurité des travailleurs. Après deux jours de négociations intenses, les 20 et 21 janvier 1997, la CES a annoncé, dans un communiqué de presse, qu'ils craignaient le blocage des négociations au vu de la réticence de l'Unice à étendre le champ d'application des négociations à tous les travailleurs à temps partiel, indépendamment du type de contrat, ainsi que de leur réticence à élaborer une requête commune des employeurs et des employés adressée au états-membres pour qu'ils assurent l'égalité de traitement des travailleurs à temps partiel et à temps plein en matière de sécurité sociale/protection sociale.

La question de la flexibilité dans le temps de travail et la sécurité des travailleurs est d'une importance majeure pour le secteur Horeca et Hotrec a suivi de près les développements sur ce thème. Hotrec a été invitée à désigner un expert pour assister l'équipe de négociations de l'Unice. Une invitation similaire a été également adressée aux Confédérations européennes qui représentent d'autres secteurs qui emploient une proportion élevée de travailleurs à temps partiel (notamment Eurocommerce -commerce de gros et de détail- et FENI -nettoyage industriel-). Cette participation d'Hotrec en tant qu'expert fournit à Hotrec l'opportunité de souligner les particularités du secteur Horeca, secteur qui, par définition, appelle la flexibilité. Les prochaines sessions de négociations sont prévues pour les 9, 10 avril et 21, 22 avril.

Communication sur l'avenir du Dialogue social

Le 18 septembre 1996, la Commission a adopté une communication intitulée «communication concernant le développement du Dialogue social au niveau communautaire». Ce document consultatif sollicitait les commentaires de toutes les parties intéressées sur toute une série de questions relatives au Dialogue social au niveau communautaire, notamment la relation entre le dialogue au niveau sectoriel et le dialogue au niveau interprofessionnel, l'application du Protocole social en général ainsi que la première expérience de négociations des partenaires sociaux dans le cadre du Protocole social.

Hotrec a naturellement saisi cette occasion pour présenter ses commentaires sur le Dialogue social (une matière extrêmement importante comme l'attestent les négociations en cours sur le travail à temps partiel). Dans la réponse qu'Hotrec a adressée à la Commission, elle a notamment souligné la confusion actuelle résultant de regroupements divers de partenaires sociaux : il serait important de simplifier les différentes strates de consultation et de dialogue. Un autre sujet de préoccupation essentiel pour Hotrec : quels sont les partenaires sociaux compétents pour négocier un accord collectif au niveau européen ?

Par M. Sequaris,
Secrétaire général d'Hotrec

Un club hôtelier dynamique

Reconquête de la clientèle à Cabourg

A Cabourg dans le Calvados, le club hôtelier, regroupant douze professionnels, ne reste pas inactif. Constitué en 1993 au lendemain des déboires du casino, il peut d'ores et déjà se prévaloir d'un nombre consistant d'actions promotionnelles, grâce à une présence de tous les instants sur les divers salons. Cette année, le club envisage de lancer un passeport fidélisant la clientèle, plutôt familliale-bourgeoise.

"Nous proposerons des réductions dans les divers commerces de la ville, de 5 à 15%", explique Bernard Varin, président du club hôtelier et propriétaire du Café de la Digue. Parallèlement, les professionnels devraient éditer une pochette mettant en valeur les atouts des différents établissements membres. "Nous souhaitons apporter aux clients un accueil de qualité. Mais derrière cette opération, nous voulons également recréer une ambiance cordiale entre tous les commerces. Le club reste ouvert à tous", souligne avec force Bernard Varin. Car ici, personne ne souhaite retrouver l'image de Cabourg, déchirée sur son casino. "Cela nous a fait énormément de tord. Notamment auprès des jeunes, car il n'y avait plus de discothèque."

Apparemment, le travail de reconquête de la clientèle porte ses fruits. "Nous avons l'impression que les clients reviennent." Certains réservent d'ores et déjà pour la saison.

O. Marie

Nice

Présentation de The Leading Hotels
of the World

Imaginez un endroit de rêve où de grands palaces de France se réunissent pour présenter le temps d'une soirée leurs atouts. Cela est arrivé à l'hôtel Négresco à Nice où les responsables commerciaux de certains palaces adhérents à la chaîne The Leading Hotels of the World ont réunis les professionnels du tourisme azuréen à l'occasion de la sortie de la nouvelle brochure.

Ils ont ainsi étudié avec les professionnels locaux, les produits et prestations de leurs différents établissements.

Lors du cocktail, le directeur de The Leading Hotels of the World a procédé à un tirage au sort qui a permis à de nombreux agents de voyages de gagner des week-ends de rêve et des repas gastronomiques.

L'occasion de rappeler que depuis sa fondation en 1928, The Leading Hôtel of the World assure une sélection rigoureuse des hôtels adhérents et soumet ses membres à une réinspection permanente assurant ainsi aux clients le strict maintien des critères de qualité exigés par la chaîne.

Le guide 1997 comprend 308 hôtels répartis dans 68 pays et représentant 92.000 chambres. Deux hôtels d'Amsterdam ont participé également à cette opération : l'hôtel de l'Europe et l'hôtel Okura. Il est vrai que le nombre important de passagers utilisant la ligne Nice-Amsterdam incite ces deux hôtels à développer leur promotion sur la Côte d'Azur.

La page de couverture du guide 1997 présente des bijoux aux formes d'éléphant confectionnés par la maison Chopard de Genève. Tout un symbole pour une chaîne prestigieuse et qui, au fil des ans, est devenue un des poids lourds de l'hôtellerie de luxe dans le monde.

C. Roussel



L'HÔTELLERIE n° 2503 HEBDO 27 mars 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration