Actualités


Etude
Les PME françaises assommées par les charges

«Exploiter une PME en France reviendrait plus cher que dans la plupart des autres pays», selon une analyse menée en janvier 1997 sur 12 pays et réalisée par Coach Omnium pour la Chambre régionale des industries du tourisme et le Comité régional du tourisme de Languedoc-Roussillon.

Dans un contexte d'échange international de plus en plus concurrentiel et de croissance touristique, les conditions d'exercice et de rentabilité des entreprises françaises, dont celles du tourisme, sont globalement moins bonnes que celles de leurs consoeurs dans 11 autres pays observés (*).

Ainsi, la France arrive leader en terme de taux de prélèvements obligatoires (impôts, taxes et cotisations sociales), avec 44,5% du PIB, à égalité avec les Pays-Bas et à peine dépassée par la Belgique avec 45,9%. Les autres pays se situent dans un registre plus favorable avec 34,2% de prélèvements obligatoires sur le PIB en Espagne, 35,2% au Royaume-Uni, 39,1% en Allemagne ou 41,8% en Italie. Malheureusement, la tendance ne sera pas à la baisse car si la moyenne des prélèvements obligatoires est de 42,5% sur l'Union Européenne, la courbe d'évolution de ce taux, depuis 1989, aurait plutôt tendance à rejoindre celle de la France.

La sécurité sociale française, cofinancée par les salariés et par les entreprises, est la plus coûteuse, avec 19,3% de prélèvements sur le PIB, contre 15,3% en Allemagne, 15,4% en Belgique, 13% en Italie, 12,4% en Espagne et seulement 6,2% au Royaume-Uni. Mais, si ces données brutes cachent une différence de couverture sociale pour les salariés entre pays, on constate presque partout qu'il y a une augmentation de plus en plus forte des charges de sécurité sociale pour de moins en moins de remboursements des actes médicaux.

En prolongement des charges sociales, le coût de la main- d'oeuvre est très disparate selon les pays. Ici encore, le coût du personnel est plus élevé en France que dans les autres pays. Les salaires avec charges comprises sont globalement, à emploi comparable, inférieurs de 56% en Grèce, de 42% au Royaume-Uni, de 22% en Espagne, de 14% en Belgique ou encore de 7% en Italie par rapport à la France.

En ce qui concerne la TVA, le taux normal (20,6%) pratiqué en France est le plus lourd des pays observés avec celui de la Belgique (21%). Les autres pays se situent à une moyenne de 15 à 17%, hormis la Suisse dont la TVA est fixée à 6,5%. En revanche, dans le secteur de l'hôtellerie, le taux réduit de TVA à 5,5% est parmi les plus avantageux des différents pays. Ainsi, un hôtelier-restaurateur (TVA à 5,5% en hébergement et 20,6% dans les autres prestations, dont la restauration), pour 1.000 francs encaissés, reversera au fisc 131 francs au titre de la TVA, contre 200 francs au Maroc, 150 francs en Allemagne, 80 francs en Grèce, 65 francs en Suisse ou seulement 60 francs aux Pays-Bas.

Hôtels et restaurants moins rentables qu'ailleurs

Une simulation pour mesurer la rentabilité d'un hôtel de 25 chambres, sans restaurant, qui se remplit à 50% de taux d'occupation, démontre que l'établissement en France est le moins rentable par rapport aux conditions d'exercice des autres pays. Malgré le taux réduit de TVA sur l'hébergement en France et un coût de l'énergie très compétitif, les frais de personnel, le coût de la vie (marchandises consommées) et la TVA sur les prestations hors hébergement, atténuent de manière sensible la marge de l'hôtelier. Ainsi, si cet hôtel français peut obtenir un résultat brut d'exploitation (RBE) de 31%, il sera de 41% en Espagne, 39% en Italie, 35% en Grande-Bretagne, 38% en Allemagne, ou encore 57% en Grèce. Parallèlement, les hôtels français sont parmi les moins chers dans leur tarification de chambres et ne peuvent compter sur une augmentation de leurs prix, bloqués par le marché.

La restauration est sans doute la plus pénalisée en France. Pour un repas payé 100 francs par un client, il va rester au restaurateur français une marge moyenne de 17 francs, contre 18 francs en Belgique, 22 francs en Allemagne, 32 francs au Royaume-Uni ou en Italie, et 38 francs en Espagne, en comparant les conditions d'exercice et les charges en pratique dans ces pays.

On peut observer au travers de cette enquête une désharmonisation importante des conditions d'exploitation entre les pays d'Europe qui rend difficile la libre concurrence et la bonne rentabilisation des entreprises françaises. Le poids des charges et de la taxation appliquées en France sont parmi les plus importants et freinent sans doute la compétitivité des PME françaises sur le marché international.

Cette étude présente un comparatif économique entre les différents pays cités, sur les thèmes suivants: le PNB, le PIB, l'inflation, le chômage, les taux d'intérêt, les aides et subventions européennes, les prélèvements obligatoires, la TVA, le coût de la main-d'oeuvre, le coût de la vie et les prix à la consommation, l'activité occulte, l'économie du tourisme, la politique du tourisme, l'euro. Des simulations comparatives entre hôtels, restaurants et campings de différents pays ont été également élaborées.

(*) Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, Belgique, Suisse, Italie, Espagne, Grèce, Turquie, Tunisie, Maroc. Données 1995/1996.

Total des prélèvements obligatoires en %

sur le PIB - base 1995

Côtisations sociales en % du PIB

- année 1995 -

Taux de TVA appliqués à l'hébergement et

à la restauration - en % - base octobre 1996

Coût mensuel moyen de la main-d'oeuvre en

Hôtellerie-restauration -

Charges comprises -

Converti en francs arrondis -

BASE 1992

Million de nuitées hôtelières en 1994 et leur évolution 94/93 (en %)

TVA BASE 1996 EN % COACH OMNIUM
Pays Taux normal Taux réduit
Allemagne 15 7
Belgique 21 6
Espagne 16 7
France 20,6 5,5
Espagne 16 7
Grèce 18 8
Italie 19 4.10.16.
Maroc 20 7. 14.
Pays-Bas 17,5 6
Royaume-Uni 17,5
Suisse 6,5 2
Turquie 15 1
Tunisie 17 6

HOTEL MOYEN TOURISME DE 25 CHAMBRES - SANS RESTAURANT, 50% DE TO -

En milliers de francs France Espagne Italie G-B Allemagne Pays-Bas Grèce
RECETTES ANNUELLES, 2.154 1.788 2.197 1.874 2.333 1.982 2.313
hors taxes
* Influence TVA
Charges
Marchandises consommées 149 131 123 141 158 135 119
Frais de personnel 701 540 652 407 610 687 456
Eau-énergie 75 78 92 90 86 77 84
Autres charges 570 305 476 574 604 434 347
TOTAL CHARGES 1.495 1.053 1.344 1.212 1.457 1.333 1.006
Résultat Brut d'Exploitation 659 734 853 662 876 649 1.308
% R.B.E. sur CA 31% 41% 39% 35% 38% 33% 57%

RESTAURANT - POUR UN REPAS PAYÉ 100 FRANCS PAR UN CLIENT

France Espagne Italie G-B Allemagne Belgique
valeurs arrondies au supérieur 100 F 100 F 100 F 100 F 100 F 100 F
* TVA - 17 F - 7 F - 9 F - 15 F - 13 F - 17 F
* Frais de personnel - 26 F - 20 F - 24 F - 15 F - 23 F - 22 F
* Coût matières - 23 F - 20 F - 19 F - 20 F - 23 F - 25 F
* Frais généraux - 17 F - 15 F - 16 F - 18 F - 19 F - 17 F
Résultat Net 17 F 38 F 32 F 32 F 22 F 18 F



L'HÔTELLERIE n° 2499 Hebdo 27 fevrier 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration