Actualités


Actualité

Nouvel opérateur sur ce secteur

Géo vise une dizaine d'hôtels
d'ici la fin 1997

Qui oserait désormais investir dans le secteur hôtelier ? Pas grand monde en vérité, d'autant que les instituts bancaires considèrent désormais cette activité comme étant à hauts risques. Le groupe Financière de Périgny, dirigé par Olivier Poncin, analyse le marché hôtelier de manière différente. Et veut d'ailleurs dévélopper un concept spécifique d'hôtellerie deux étoiles sous l'enseigne Géo. Après 3 ouvertures dont la dernière sur le site du Futuroscope, la société a d'autres projets, notamment à Antony, Toulouse, Limoges....

«L'hôtellerie est un secteur encore rentable. A condition que les coûts de construction soient parfaitement maîtrisés (ce qui n'a pas toujours été le cas pour beaucoup d'établissements construits dans le passé) et l'exploitation bien gérée.» Patrick Mallié, directeur de la Financière de Périgny et créateur du concept Géo (hôtel classé deux étoiles), n'hésite pas à jeter une pierre dans le jardin des destructeurs actuels de l'industrie hôtelière. Tandis qu'un grand nombre d'investisseurs fortement épaulés par les banquiers abandonnent «le navire» hôtelier, son groupe Financière de Périgny (dirigé par Olivier Poncin et représentant un chiffre d'affaires de 400 millions de francs) semble, lui, apparemment bel et bien aujourd'hui décidé à prendre la tendance inverse et veut très sérieusement développer ses activités hôtelières. Après avoir ouvert une première unité sous l'enseigne Géo en 1995 à La Rochelle (57 chambres), une seconde en septembre dernier à Agen, le réseau vient d'ailleurs de s'étoffer grâce à l'implantation d'un troisième maillon sur le site du Futuroscope à Poitiers. Et les choses ne devraient pas en rester là ! La chaîne souhaite effectivement poursuivre sa croissance tout au long de l'année à venir avec l'inauguration dans quelques mois d'un établissement parisien comprenant 110 chambres à Antony (Hauts-de-Seine).

D'autres ouvertures sont de plus d'ores et déjà prévues en particulier à Toulouse (reprise d'un 3*), Limoges (construction neuve), Biarritz, Nantes, Grenoble et Rouen. «Nous visons une bonne dizaine d'hôtels d'ici la fin 1997 sachant qu'outre des constructions neuves nous envisageons également de reprendre des établissements existants», explique Patrick Mallié.

Reste à savoir comment Géo va parvenir à atteindre de tels objectifs. Alors que le marché hexagonal du deux étoiles est dominé par deux mastodontes, à savoir Campanile et Ibis, on peut en effet s'interroger quant à l'opportunité réelle de se faire une petite place au soleil sur ce créneau. D'autant que d'autres enseignes ont également investi cette catégorie.

Du deux étoiles au prix du une étoile

La chaîne Géo croit néanmoins fermement en sa bonne étoile parce qu'elle entend purement et simplement développer un concept spécifique d'hôtellerie deux étoiles au prix du une étoile. Dernière diversification en date du groupe Financière de Périgny, présent sur trois pôles d'activité (l'industrie nautique avec Dufour, le conseil et la gestion du patrimoine, l'immobilier), Géo bénéficie à cet effet du savoir-faire de l'entreprise. «Nous faisons jouer les synergies au sein de notre groupe. C'est ainsi que l'équipe à l'origine du concept de Géo est composée de personnes ayant travaillé dans la construction de bateaux de plaisance habitables», confie Patrick Mallié. Et d'ajouter : «Rompu au dur exercice de l'aménagement du petit habitat, nous sommes arrivés à sortir un produit de qualité à de faibles coûts. Le prix à la chambre tourne ainsi aux environs de 130.000 à 170.000 francs selon le foncier.»

La chambre Géo, dont les prix affichés varient en fonction des sites, saisons et type de chambres (de 139 à 269 francs) peut héberger jusqu'à quatre personnes dans un cadre agréable aux couleurs chaudes. Elle propose un bon niveau de confort avec notamment un cabinet de toilette complet (douche et wc) équipé d'un chauffage à infrarouge, un téléphone, une télévision (avec Canal +), une ventilation individuelle et un système de chauffage géré par ordinateur depuis la réception. Les extérieurs ne sont pas en reste. Piscine chauffée avec terrasse suivant les établissements (La Rochelle, Futuroscope), coin-salon bar, espace enfants, borne d'accueil pour CB ouverte de minuit à 7 heures, restaurant «Chez Dupont-Durand» (type brasserie traditionnelle affichant un ticket moyen entre 80 et 120 francs)... Ajoutons à cette longue liste, un soin tout particulier sur l'isolation phonique et la qualité des matériaux utilisés (certaines chambres ont un sol en parquet...).

C. Cosson
avec J.-P. Gourvest

*Sources : Financière de Périgny

Bémol

Il est toujours intéressant d'apprendre les projets de développement des nouveaux intervenants sur ce marché. Pour la marque Géo, l'ambition est grande, les entrepreneurs devront toutefois prendre en compte la loi du 05/07/96 qui contrôle aujourd'hui le développement de l'hôtellerie. Il ne serait donc pas surprenant de constater, à la fin de l'année 97, un certain écart entre les prévisions et les réalisations.

Groupe Financière de Périgny
Résultats 1995 et prévisions 1996 et 1997
1995 1996 1997
CA Rés. Net CA Rés. Net CA Rés. Net
Pôle nautique 191 MF 7,1 MF 300 MF 14 MF 350 MF 14 MF
Hôtels 61 MF 6,6 MF 84 MF 10 MF 115 MF 13 MF
Immobilier
Conseil
Maison mère 18 MF 5,8 MF 21 MF 6 MF 25 M 8 MF
Total 270 MF 19,5 MF 405 MF 30 MF 490 MF 35 MF



L'HÔTELLERIE n° 2494 HEBDO 23 janvier 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration