×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités


Courriers des Lecteurs

Rubrique animée par Pascale Carbillet

Exclusivement réservée aux établissements abonnés.

Ça va mieux en le disant

Oui à l'inspection ! Non à l'inquisition !

En août dernier, nous avons eu la très désagréable surprise de voir arriver une délégation d'une dizaine de personnes de l'inspection du travail.

Il est tout à fait normal que ces fonctionnaires fassent leur travail et effectuent des contrôles, mais ce qui est inacceptable c'est l'attitude de ces personnes, qui se comportaient comme de véritables «inquisiteurs» en interrogeant aussi bien les employés que les clients, sans même prendre la peine de se présenter à ces personnes.

Notre métier étant d'assurer le confort et le bien-être de nos clients, nous avons été très embarrassés devant l'attitude de ces fonctionnaires, vis-à-vis de notre clientèle.

En fin de compte, l'inspection du travail n'ayant rien eu à mettre dans son dossier, ils ont porté plainte en gendarmerie, pour travail clandestin concernant un jeune homme de 14 ans, qui malheureusement se trouvait dans notre cuisine ce jour-là non pas pour travailler, mais en spectateur, pour voir en quoi consistait le métier de pâtissier. Nous avions accepté que ce jeune homme vienne passer la journée dans notre cuisine, car son père nous en avait fait la demande, ce garçon souhaitant s'orienter vers cette profession.

Pourquoi aurions-nous employé un jeune sans le déclarer alors que nous assurions 35 emplois déclarés dont la propre petite-fille de la gérante ? Et pourtant concernant cette dernière, il n'y aurait rien eu d'illégal à ne pas l'inscrire dans l'effectif de l'entreprise.



L'HÔTELLERIE n° 2486 HEBDO 5 decembre 1996


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration