×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités


Rééquilibrage

Dans moins de deux ans, Paris comptera, en hôtellerie économique, 850 chambres de plus aux enseignes Etap Hôtel et Formule 1. Deux marques dont la notoriété, très forte aujourd'hui, est un gage de sécurité pour les clients qui fréquentent ce type d'hôtellerie et qui permettent dès lors à leurs opérateurs de bénéficier de la force de leur image pour la commercialisation. Un atout considérable qui permet aux marques les plus fortes de maintenir des prix moyens proches des prix affichés, dans la mesure où la commercialisation, à travers les différents réseaux de distribution, est moins importante pour eux, la force de la marque attirant spontanément un très grand nombre de clients. L'ouverture de 850 nouvelles chambres Porte de Montmartre ne sera pas sans conséquence sur une partie du marché hôtelier parisien pour ne pas dire sur son ensemble.

Se situant sur le seul créneau de l'hôtellerie économique moderne, il est évident que sur le marché parisien l'offre est quasiment inexistante et l'on pourrait même imaginer que l'arrivée de 850 chambres nouvelles ne puisse pas dès lors, avoir de répercussions sur les autres établissements. Pourtant, il n'en sera rien, ces 850 chambres déstabiliseront, au moins au début, un marché mal équilibré depuis des années, au sein duquel aujourd'hui l'offre ne correspond pas à la demande. Et pour cause ! Quand dans les années 70-80, on a incité les hôteliers à se renover, on a sous-entendu que la rénovation ne pouvait se concevoir qu'à travers un changement de catégorie. Aussi, alors que l'offre correspondait plutôt convenablement à la demande, en rénovant, on a favorisé un dérapage de l'offre vers le haut et complètement déstabilisé le marché. Parce que les années 80 étaient euphoriques, la non-adéquation de l'offre n'a pas eu d'effets immédiats, mais aujourd'hui, ses conséquences sont lourdes sur la rentabilité des hôtels parisiens qui sont de plus en plus dans l'obligation d'investir d'autant plus en commercialisation qu'ils sont indépendants et qui sont amenés à avoir des prix moyens chambre toujours plus bas. Trop nombreux sont les hôtels prêts à intervenir sur un marché qui n'est pas le leur, proposant des chambres à des tarifs qui sont ceux d'une, voire deux catégories en dessous.

L'arrivée d'une hôtellerie économique sur Paris, si elle déstabilise encore un peu plus certaines entreprises hôtelières mal positionnées, aura au moins le mérite de rééquilibrer l'offre par rapport à la demande.

P.A.F.



L'HÔTELLERIE n° 2486 HEBDO 5 decembre 1996


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration