×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités


Actualité

Aux portes de Paris

850 chambres pour un programme immobilier exceptionnel

La première pierre de l'ensemble immobilier baptisé, «La Porte de Montmartre», a officiellement été posée, le 20 novembre dernier, sur un site d'une emprise foncière de deux hectares, sur la commune de Saint-Ouen, aux portes de la capitale : «La Porte de Montmartre» est située entre la Porte de Saint-Ouen et la Porte de Clignancourt. Outre la réhabilitation du quartier qui se concrétisera, notamment par la création d'une rue et le réaménagement total des voiries et de l'accès Porte de Montmartre, le projet comprend également près de 3.000 m2 de commerces et services, un parking de 400 places, plusieurs restaurants, une résidence pour étudiants de 200 logements et surtout deux hôtels d'une capacité totale de 850 chambres. Olivier Pelat, opérateur de ce programme, explique en exclusivité pour L'Hôtellerie, les enjeux économiques de cette opération.

L'Hôtellerie :

Pourquoi un projet de cette envergure à la porte du marché aux Puces, à proximité du périphérique ?

Olivier Pelat :

«Nous avons choisi ce terrain, justement parce qu'il est situé à la porte du marché aux Puces et visible du périphérique dans une ville en pleine expansion, de plus, notre terrain étant limitrophe de Paris et de Saint-Ouen, nous bénéficions aussi d'une adresse parisienne rue du Docteur Babinski, Paris XVIIIème. A cet emplacement du périphérique, près de 250.000 véhicules passent chaque jour (chiffres communiqués par le service de voirie de la mairie de Paris). Ancienne friche industrielle, cet emplacement dispose d'une façade sur le périphérique de plus de 250 mètres linéaires, d'une parfaite visibilité.

Le projet de «La Porte de Montmartre» va permettre de créer un «nouveau» quartier. Nous participons effectivement à la réhabilitation du quartier, puisque sur deux hectares du site, un hectare sera restitué à la commune de Saint-Ouen qui y réalisera des équipements publics et sportifs. Concrètement, le programme comprend la création d'une rue, le réaménagement d'un carrefour, ce qui permettra de réaliser, pour Saint-Ouen, une véritable entrée de ville à la porte du marché aux Puces. Sachez que ce marché accueille 7 millions de visiteurs par an et qu'il n'y a pas, à proximité immédiate, d'hôtels. De plus, l'accès routier est d'une parfaite cohérence, vu l'impact de notre programme : accès direct par le boulevard périphérique Porte de Saint-Ouen, accès direct Porte de Montmartre et Porte de Clignancourt adjacente. La desserte des transports en commun est fondamentale : bus et métro à proximité immédiate faciliteront la venue de nos visiteurs.»

L'Hôtellerie :

Vous cherchiez un terrain pour y implanter des hôtels ou c'est le terrain qui vous a amené à faire de l'hôtellerie ?

O. P. :

«Nous ne cherchons pas obligatoirement des terrains destinés à la construction d'hôtels, même si effectivement nous commençons à en avoir une certaine habitude, et ce, spécialement sur les terrains en bordure de périphérique, puisque nous avons commercialisé ce qui allait devenir le Climat de France Porte de Montreuil et surtout puisque nous avons conçu, réalisé et géré le Référence Hôtel Porte de Pantin. C'est un jour, en voyant ces terrains en friche, que l'idée nous est venue de les acheter, sachant qu'un endroit pareil était forcément stratégique. Notez cependant que l'acquisition fut longue et compliquée. Elle a duré plus de 4 ans. Nous avons dû acheter plusieurs parcelles, dans la mesure où il y avait plusieurs propriétaires.

A partir d'un constat effectué par l'un de nos collaborateurs, Jean-Christophe Lépine, qui mettait en évidence les besoins en hôtellerie économique sur Paris, nous nous sommes orientés vers ce type d'établissements hôteliers, plutôt que des immeubles de bureaux pour les raisons que vous imaginez bien.»

L'Hôtellerie :

Quel a été le fil conducteur de votre projet ?

O. P. :

«Dès l'origine, nous avons voulu un programme complètement novateur, de grande qualité, en parfaite harmonie avec l'environnement. Nous nous sommes d'ailleurs engagés auprès de la municipalité à faire quelque chose de «beau», de grande qualité, tant architecturale que par les matériaux choisis par la construction, des instructions formelles ont été données à nos architectes la SCPA Jougleux Di Fiore, afin de tenir nos engagements. Qu'il s'agisse de l'architecture intérieure ou extérieure, nous avons utilisé des produits haut de gamme, comme marbres reconstitués, chêne et grès céram... La qualité est un impératif imposé à tous sur ce projet avec, je le répète, une parfaite intégration, tant architecturale qu'urbanistique. Le bâtiment se veut original, composé d'une façade donnant sur le périphérique et une façade côté Saint-Ouen très ouverte sur la ville avec les commerces, les espaces publics et sportifs.

Je suis totalement confiant quant à l'intégration urbaine de ce complexe, puisqu'à la suite de nombreuses réunions de quartier, l'accueil de la population audonienne et parisienne a été très favorable, nous avons pris en compte grand nombre de leurs desiderata, notamment dans l'implantation de commerces de proximité et dans le choix d'une architecture plus conviviale et plus humaine sur la façade Nord côté Saint-Ouen de notre programme. Nous les sécurisons. La présence de deux hôtels en plus des commerces les rassure beaucoup. Il est impératif de souligner que nous créons 200 emplois dont une centaine pour l'hôtellerie, autant d'emplois seront nécessaires pour réaliser et faire vivre l'ensemble immobilier de la Porte de Montmartre-Porte de Saint-Ouen.»

L'Hôtellerie :

Pourquoi avoir choisi les enseignes Etap et Formule 1 ?

O. P. :

«Inutile de vous dire que de très nombreuses enseignes françaises et étrangères ont étudié avec intérêt le projet. C'est Accor qui a été le plus rapide à prendre une décision. Accor, en la personne de Jean-Claude Luttmann, président de Sphère International (hôtel Formule 1, Etap Hôtel et Ibis), m'a permis d'avoir avec le groupe, très vite, de réelles relations de confiance, très constructives. Le travail de nos équipes est coordonné par la Sedri, notre maître d'ouvrage délégué qui possède une parfaite maîtrise de ce genre de montage immobilier, puisqu'ils ont déjà réalisé notamment le siège social de Rank Xerox à Saint-Ouen et McDonald's. Le travail est fait en parfaite connivence et notre souhait commun de voir aboutir un programme de grande qualité est sans ambiguïté. C'est ainsi que l'Etap Hôtel comme le Formule 1 auront, ici, des normes différentes de celles que l'on rencontre habituellement : une réception 24 h sur 24, toutes les chambres auront de l'air rafraîchi et l'insonorisation sera d'un très haut niveau afin d'apporter un confort optimum à la clientèle, sans oublier l'architecture et les prestations de construction très différentes de ce que nous avons pu voir jusqu'à présent. Il y aura en outre un parking en sous-sol. Jean-Claude Luttmann a toujours respecté la parole donnée. Il considère que ce Formule 1 sur Paris se doit d'être ce qu'il appelle son «navire amiral.»

L'Hôtellerie :

Comment vous répartissez-vous les rôles et les investissements entre Accor et vous ?

O. P. :

«Européquipements-Pelat & Cie est l'opérateur du programme, nous rétrocédons les droits à construire pour les hôtels au groupe Accor, qui en assurera la gestion et la maîtrise d'ouvrage. Nous prendrons probablement une participation financière dans le programme hôtelier et les parkings ; nous conserverons la résidence pour étudiants et les commerces.»

L'Hôtellerie :

La surcapacité ne vous fait pas craindre certaines difficultés de remplissage ?

O. P. :

«Non, l'offre en hôtellerie économique est quasiment inexistante sur Paris. Il y a un besoin grandissant dans la capitale sur ce segment de marché. L'implantation de deux hôtels économiques de grande capacité pourra ainsi créer et satisfaire une demande sur ce créneau. Nous avons choisi deux enseignes leader à forte notoriété, et qui plus est, nous disposons d'un emplacement stratégique : la desserte des transports en commun est parfaite, en quelques minutes, vous êtes au coeur de Paris. A peine quinze minutes suffiront avec votre voiture pour vous rendre sur les Champs-Elysées. Les deux hôtels sont à deux pas du marché aux Puces (7 millions de visiteurs par an) et du CHU Bichat. La proximité du périphérique facilite la circulation vers la capitale, la banlieue, les points stratégiques de la région parisienne et les grands axes routiers alentours. Notre programme est sur l'axe Nord de Paris avec le Grand Stade, Roissy-Charles de Gaulle, Le Bourget Garonor, le Parc des Expositions de Villepinte, la Plaine-Saint-Denis, la proximité des grandes sociétés telles que Sony, Rank Xerox, Citroën, Martini, Le Parisien et L'Equipe, GEC Alsthom... Tout ceci constituant autant d'éléments qui ont plaidé pour notre implantation sur ce site.»

L'Hôtellerie :

Vous avez d'autres projets ?

O. P. :

«Nous avons d'autres projets dans nos cartons, dont notamment deux programmes dans le Sud et un dans le Nord de la France. Bien entendu, nous continuons également à nous intéresser à Paris avec un projet dans l'Est et dans le Nord de la capitale.»

L'Hôtellerie :

Outre le programme hôtelier, ce programme comprend des commerces et du logement pour étudiants. Pouvez-vous nous en donner les grandes lignes ?

O. P. :

«En effet, afin de répondre à une forte demande des habitants du quartier, nous avons implanté un programme de commerces et de services. Le premier supermarché Match (groupe Cora Révillon) en région Ile-de-France ouvrira ses portes sur notre site en septembre/octobre de l'année prochaine. La renommée de cette enseigne implantée essentiellement dans le quart Nord-Est de la France constitue un gage de qualité supplémentaire à la réhabilitation du quartier de la Porte de Montmartre. Une maison de la presse, un café-bar, une laverie, une pizzeria et un restaurant Boeuf à 6 Pattes viendront compléter notre programme afin d'apporter un agrément indéniable à la clientèle des hôtels et aux habitants du quartier. Notre complexe immobilier sera un nouveau pôle d'animation qui pourra accueillir aussi les nombreuses personnes travaillant aux alentours.

La résidence pour étudiants de 200 studios d'un concept plus moderne, plus fonctionnel, plus convivial, fait partie intégrante de l'ensemble immobilier de la Porte de Montmartre. Dans un souci de confort optimum pour les étudiants, tous les studios sans exception, seront orientés sur les espaces publics et sportifs.»

L'Hôtellerie :

A quelle date aura lieu l'ouverture de ce vaste programme ?

O. P. :

«Dans un souci d'efficacité, nous allons échelonner les dates d'ouverture de chaque entité de ce programme d'ensemble, à savoir : dès le mois de septembre prochain la résidence pour étudiants, le supermarché Match, les restaurants ainsi que l'ensemble des commerces. Dès cette date, le parking sera opérationnel afin de faciliter et simplifier la venue des visiteurs sur le site. Premier trimestre 1998 : le Formule 1 et l'Etap Hôtel ouvriront leurs portes. Tout sera mis en oeuvre pour satisfaire une clientèle de plus en plus exigeante.»

*Vous voulez tout savoir sur le programme de «La Porte de Montmartre». Un service audiotel a été créé pour en dire plus sur ce programme : 08.36.68.92.93. (2,23 F/mn).


La résidence étudiants de l'an 2000

Composée de 200 studios (d'une superficie de 18 à 21 m2), cette résidence ne sera pas tout à fait comme les autres. Elle sera la première en région Ile-de-France à disposer d'un label qualitel HPE quatre étoiles. En d'autres termes, ce bâtiment va offrir à ses «visiteurs» des conditions de confort et de sécurité haut de gamme. Chauffage et eau chaude au gaz naturel, parquets en chêne, parties communes en grès céram, salle de sports, solarium, cafétéria, laverie, sécurité et individualisation des charges assurées par le système synforic synforiel (Gaz de France). Tout a été élaboré pour faciliter et agrémenter la vie des locataires. Grâce à l'action du Conseil régional d'Ile-de-France en faveur des étudiants et apprentis, le loyer mensuel d'un studio sera de 2.400 francs (charges et mobiliers inclus). Opérationnelle dès la rentrée 1997, la résidence sera gérée par O.S.E. Point Logement.


Le programme de «La Porte de Montmartre»
comprend sur 50.000 m2 de plancher :

- un hôtel Formule 1 de 386 chambres ;

- un hôtel Etap Hôtel de 464 chambres ;

- une résidence étudiants de 200 logements ;

- un restaurant Le Boeuf à 6 Pattes de 130 couverts ;

- une pizzeria de 110 couverts ;

- un café-bar de 42 places assises ;

- une maison de la presse ;

- une laverie-pressing :

- un supermarché de 1.200 m2 de vente ;

- un parking de 400 places ;

Olivier Pelat et son collaborateur Christophe Lépine
devant la maquette du programme.

Un programme immobilier sur 50.000 m2 de plancher.



L'HÔTELLERIE n° 2486 HEBDO 5 decembre 1996

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration