×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Les voeux de Jacques Barré, président du GNC (Groupement national des chaînes) : "2012, l'année de tous les risques"

Vie professionnelle - lundi 26 décembre 2011 16:17
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés


Jacques Barré.
Jacques Barré.

"Les chaînes hôtelières achèvent une année 2011 très contrastée : une activité soutenue, altérée au fil des mois par de nouveaux handicaps conjoncturels, fiscaux, sociaux, réglementaires… Équilibre des finances publiques oblige ! Inutile d'en décliner la liste. Seul demain nous importe. Si la maîtrise de la conjoncture nous échappe encore dans le cycle que nous traversons, tous les leviers à notre disposition devront être activés pour préserver et améliorer nos conditions d'exploitation. Les prochains mois, rythmés d'échéances électorales, en seront l'occasion, d'autant que la crise que nous traversons risque de faire de 2012 l'année de tous les risques.

Des réformes lourdes sont envisagées auxquelles nous serons attentifs, notamment une refonte fiscale et sociale dont personne ne doute de la nécessité aujourd'hui pour renforcer notre compétitivité. Réformes à engager en concertation avec nos organisations et qui devront mettre un terme au saupoudrage de mesures fiscales et sociales dont les impacts ne sont à aucun moment mesurés.

Ce sera l'occasion ou jamais dans cette période difficile, là ou les moyens sont les plus limités, d'orienter nos efforts vers le front office - le client -, plutôt que sur le back office - le réglementaire -, et obtenir de différer et rééchelonner des mesures dont la mise en oeuvre précipitée ne fait que peser sur les équilibres déjà fragiles du secteur hôtelier ; secteur fortement exportateur, vecteur d'emplois et consommateur d'investissements. De fameux enjeux en 2012 pour nos professions : formons le voeu que nous les remportions. À tous, voeux de bonheur et de réussite. "