×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Épée de Damoclès à la veille de la fête des lumières

Vie professionnelle - mardi 6 décembre 2011 16:00
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Lyon (69) Le tribunal administratif de Lyon à annulé l'arrêté de la préfecture autorisant des dérogations tardives et imposerait donc aux établissements de nuit de fermer à 1h du matin.



« Il y a un premier acte à la veille du 8 décembre » confiait Laurent Duc, président de la Fédération française de l'hôtellerie et de l'Umih 69. Ce dernier ajoutait qu'il attendait la réaction du préfet. A la veille de la fête des lumières à Lyon -qui attire près de 3 millions de touristes- l'annonce tombée le week-end dernier de l'annulation de l'arrêté du 6 juillet 2010 (dérogation à 4h du matin) ressemble à une épée de Damoclès au-dessus de la tête des patrons d'établissements de nuit. A l'exception des discothèques qui conserveraient leurs autorisations tardives. Pierre Chambon, vice-président de l'Umih 69 en charge des établissements de nuit ne cachait pas son inquiétude, car cette éventuelle annulation entrainerait des fermetures à une heure du matin. Autant dire un sacré coup de fusil dans les recettes des entreprises concernées. Ce chamboulement, causé par la plainte du patron de la discothèque le Pink's, pourrait faire boule de neige dans d'autres villes de France, et provoque une inquiétude partagée au sein de l'Umih qui compte agir nationalement selon les suites de cette nouvelle.
Sophie Senty

Journal & Magazine
N° 3755 -
17 septembre 2021
N° 3754 -
03 septembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
La cuisson sous vide à juste température expliquée
par Bruno Goussault
Services