×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito du journal du 1-12-2011 : "Vent en poupe et vents contraires"

Vie professionnelle - mercredi 30 novembre 2011 14:27
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés


Symbole par excellence de la cité corsaire, le trois mâts amarré face au palais des congrès de Saint-Malo fut durant trois jours pavoisé aux couleurs de l'Umih, qui avait rassemblé ses délégués pour une assemblée de réflexion d'autant plus suivie que les temps sont incertains.

Fort des résultats flatteurs de l'enquête Ifop-L'Hôtellerie Restauration publiée la semaine précédente (n° 3264 du 17 novembre 2011), Roland Héguy ne pouvait qu'exprimer la satisfaction d'une notoriété renforcée alors que les turbulences de la rue d'Anjou auraient pu détourner les professionnels de l'organisation patronale.

Raison de plus pour envisager avec sérénité un avenir qui s'annonce forcément compliqué. C'est ce qu'ont retenu les participants aux divers travaux de ce congrès où l'anxiété perçait parfois sous les proclamations de circonstances. Certes, les hôteliers restaurateurs et cafetiers ne pouvaient qu'émettre un soupir de soulagement après le 'plan de rigueur' gouvernemental qui leur avait épargné le retour à un taux normal de la TVA, mais les perspectives d'une conjoncture dégradée, les comportements erratiques des marchés financiers, les inquiétudes d'une clientèle soucieuse de son pouvoir d'achat se joignent aux inévitables incertitudes d'une campagne électorale qui s'annonce âpre et longue, pour ne pas susciter de légitimes interrogations.

La tentation du repli est parfois apparue lors du congrès de Saint-Malo, notamment par le rejet fermement exprimé de l'amendement Siré consacré aux appellations des cartes de restaurants, un scepticisme distant à l'égard des propos du directeur général de Pôle emploi, qui a évalué à 80 % le taux de rotation de la main d'oeuvre dans la profession sur dix ans, un manque d'enthousiasme face aux perspectives de développement du tourisme international.

Certes, les mois à venir seront marqués par de lourdes obligations : mise aux normes de sécurité incendie, classement hôtelier indispensable pour rester dans le marché, accessibilité des personnes handicapées, sans oublier les investissements de confort, de marketing, de formation qui conditionnent la réussite d'un établissement.

Pour rester dans la métaphore nautique, l'Umih bénéficie actuellement d'un vent en poupe qu'il serait dangereux de transformer en autosatisfaction, que des vents contraires pourraient venir inopinément et trop fortement secouer.
L. H. R.