×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

59ème congrès national de l'Umih : cap sur Saint-Malo

Vie professionnelle - lundi 14 novembre 2011 16:33
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

75 - Paris C'est dans la cité des corsaires que l'Umih va tenir son congrès 2011, du 22 au 24 novembre. Roland Héguy, président confédéral, nous en livre les grandes lignes.



Roland Héguy, président confédéral et Hervé Bécam, vice-président national de l'Umih.
Roland Héguy, président confédéral et Hervé Bécam, vice-président national de l'Umih.

L'Hôtellerie-Restauration : Comment se présente ce 59ème congrès de l'Umih ?

Roland Héguy : C'est un congrès qui s'articule autour de plusieurs thèmes et s'étend, en fait, sur une semaine quasiment puisque nous démarrons par un directoire dès le 20 octobre. Le lendemain, lundi, sera une journée de séminaire pour les membres du directoire avec le regard extérieur du sociologue Dominique Wolton. Comment nos métiers sont-ils perçus par les français ? Quel rôle joue-t-on aujourd'hui dans la société, au-delà de l'acte commercial ? Les CHR font partie de l'histoire de la France et cela mérite d'être rappelé haut et fort. La formation des responsables administratives, organisée comme chaque année, se tiendra le 21 après-midi et le mardi matin. Nous proposons, au choix, deux cessions : l'une sur le social, autour des différentes ruptures de contrats de travail et l'autre juridique, avec les contrats particuliers. Ce sont des modules complets et les personnes ne pourront pas participer aux deux. Elles se seront inscrites pour un thème et le suivront dans sa totalité. L'idée étant de pouvoir accéder à la maîtrise du sujet et non de le survoler. L'ouverture officielle du congrès démarrera par l'inauguration de l'espace partenaire, le 22, à 14h30.

L'actualité n'est pas sans remous. Qu'est-ce qui va dominer à Saint-Malo selon vous ?
R. H. : Nous sommes créateurs d'emploi et moteur de croissance et ce sera notre fil conducteur durant ce congrès dans la cité malouine. Oui, il y a un relèvement du taux de TVA mais nous sommes reconnus par le gouvernement comme une force économique qui mise sur l'emploi et l'investissement. Dans ce dossier, nous pouvons parler d'équité : l'ensemble de l'hébergement marchand sera au même taux et toute la chaîne alimentaire, du sandwiche aux grandes tables, également. Cette notion d'équité montre que les pouvoirs publics nous reconnaissent comme un secteur dynamique. On peut aussi parler de victoire avec l'abrogation de la taxe de 2% sur les nuités. Mercredi matin, les branches se réuniront en assemblée générale. A l'heure du déjeuner, nous accueillerons Nadine Morano, ministre chargée de l'apprentissage et de la formation professionnelle. Il est important de pouvoir discuter avec elle et de la rassurer. Nous avons pris des engagements et nous avons la volonté de les tenir. Régis Marcon et Michel Bédu, président du Fafih, seront là pour le confirmer. Quatre ateliers sont prévus ensuite. Le premier portera sur l'amendement Siré et la restauration de demain. 

Comment voyez-vous cette restauration de demain ?
R. H. : La vie change, les comportements évoluent et il se démarque deux restaurations : l'industrielle, qui répond à un mode de consommation rapide, souvent sans service et de l'autre, une restauration qui parle produit, terroir, respect des saisons et du goût. Le travail que nous allons entreprendre doit être le point de départ d'un soutien à une cuisine moderne qui s'appuie sur des professionnels, des savoir-faire, le fruit de la terre, qui s'inscrit dans le bien-être, le bonheur des saveurs et la santé… et dont les premiers ambassadeurs doivent être les Maîtres Restaurateurs.

Des débats sur le développement durable, les Cafés culture et l'accessibilité sont également prévus.
R. H. : D'ici 10 ans, nos entreprises devront économiser l'énergie à hauteur de 40%. Et ce n'est pas en mettant des 'leds' et des 'mousseurs' qu'on y parviendra. Derrière cette échéance se cache une véritable révolution phonique, thermique, des matériaux et des comportements. Quant aux Cafés culture, c'est un moyen de maintenir les bistrots dans le maillage du territoire et de les remettre sur le chemin du développement comme acteur de la culture. Et je suis ravi qu'on puisse aborder ce sujet après de bonnes négociations avec la Spré ! L'accessibilité, c'est fin 2014. On y est. C'un sujet très lourd, qui remet en question la moitié des entreprises françaises. Il est temps que des décisions soient prises à bras le corps. Cette loi a été votée mais elle est inapplicable ; il n'y a pas un maire, pas un conseiller général, pas un député qui ne rencontre des problèmes dans sa ville ou sa circonscription. 

Quelles personnalités participeront aux plénières du jeudi 24 novembre ?
R. H. : En matinée, nous aurons notamment Christian Charpy, directeur général de Pôle Emploi, Régis Marcon et Thierry Garot, pdg de Financement-entreprise. Nous avons lancé avec ce dernier un partenariat exclusif pour accompagner les adhérents de l'Umih dans le financement de leur projet d'acquisition, de transmission, de transformation. Deux sites internet dédiés ont été ouverts et les professionnels peuvent y déposer leur dossier. On les rappelle ensuite et ils bénéficient d'un véritable accompagnement avec un business plan, un appel d'offre auprès des banques, etc. C'est quelque chose d'accessible et de très concret… Cette séance sera clôturée par le secrétaire d'Etat au tourisme, Frédéric Lefebvre, qui nous fera l'amitié de déjeuner avec nous. La passation de pouvoir entre Saint-Malo et Dijon, ville du congrès 2012, se fera en fin d'après-midi, au terme de l'assemblée générale ordinaire. Quant au congrès 2013, je peux d'ores et déjà vous dire qu'il se déroulera à Cannes.

Sylvie Soubes