×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito du n° 3256 du 22 septembre 2011 : "Moderniser la restauration"

Vie professionnelle - mercredi 21 septembre 2011 15:55
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés


Il était temps : plus de deux ans après la signature du contrat d'avenir de la restauration consécutif à la baisse de la TVA, le dispositif du fonds de modernisation prévu par ce texte est enfin opérationnel. L'évènement n'est pas anodin, car il ne faut pas oublier que ce fonds appartient en quelque sorte aux restaurateurs, qui le financent par une taxe parafiscale de 0,12 % sur le chiffre d'affaires des établissements.

Raison de plus pour les professionnels de se féliciter de l'entrée en vigueur depuis le 12 septembre du Prêt pour la modernisation de la restauration accessible à toutes les entreprises .

Comme vous le lirez dans l'interview que nous ont accordée Agnès Bricard, présidente du Conseil supérieur de l'ordre des experts-comptables, et Jean-Marc Durand, directeur du développement et de la stratégie d'Oséo, le dispositif est accessible dès un montant d'investissement très faible, à partir de 5 000 €.

C'est sans doute la condition fondamentale de la réussite du fonds de modernisation d'être ouvert aux très petites entreprises, ces fameuses TPE qui constituent un bataillon majoritaire de la restauration. Car l'avenir impose des décisions de développement inévitables pour toutes les formes de la restauration, à l'heure où l'évolution sociologique accélère sans relâche la consommation hors domicile.

Alors que le repas familial devient une curiosité dominicale, les besoins quotidiens de millions de consommateurs éloignés de leur domicile à l'heure du déjeuner ne cessent de croître. De même que la restauration de loisir connaît un succès grandissant auprès de toutes les catégories socio-professionnelles, comme l'illustrent les performances des établissements à thème prisés par toutes les générations.

Face à ces perspectives, il est indispensable que la profession puisse assumer une évolution capable de répondre à une demande de plus en plus exigeante et à des contraintes réglementaires incontournables.

La restauration, y compris dans ses composantes traditionnelles qui doivent garder toute leur place sur le marché, doit plus que jamais afficher un professionnalisme sans faille

Le prêt pour la modernisation de la restauration illustre la préoccupation des pouvoirs publics et des partenaires des restaurateurs d'accompagner positivement les entrepreneurs prêts à investir. C'est une opportunité à ne pas négliger, avec l'aide d'Oséo et du précieux auxiliaire de gestion qu'est l'expert-comptable de l'entreprise, qui 'rassure' un banquier sur la crédibilité d'un projet.

 

L.H.