×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

La taxe de 2% sur les chambres d'hôtel "n'est pas acceptable" réaffirme le Synhorcat

Vie professionnelle - vendredi 9 septembre 2011 09:11
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

75 - Paris Après avoir assister aux débats à l'Assemblée Nationale mercredi, puis au Sénat, jeudi, les dirigeants du Synhorcat, confirment leur position, plusieurs réflexions à l'appui.



L'amendement n°185 rectifié à la loi de finances rectificative pour 2011 adopté le 7 septembre par l'Assemblée Nationale prévoit une taxe de 2% sur les sommes encaissées par les hôtels à l'occasion de la location d'une chambre dont le prix est égal ou supérieur à 200E.
Cette taxe n'est pas acceptable.
Alors que le projet initial était de taxer les riches clients qui fréquentent des établissements de luxe, l'amendement en cause :
- prévoit une taxe sur un prix de chambre qui concerne entre 25 et 30% du CA de l'hôtellerie parisienne :
- entre 70 et 80% du CA de l'hôtellerie 4 et 5*
- plus de 10% % du CA de l'hôtellerie 3*
- et de l'ordre de 2% du CA de l'hôtellerie 2*, sachant que cette hôtellerie représente a elle seule entre 1/5 et 1/6 de l'hôtellerie  française !
- crée un palier artificiel qui ne correspond à aucune réalité économique ou financière : pourquoi 2% de 200E aujourd'hui? Combien demain ?
En cela cette taxe est un très mauvais coup porté à l'hôtellerie, à sa compétitivité et par la même à ses emplois : nos emplois ne sont pas délocalisables, nos clients si !
Les professionnels ont conscience de la nécessité de trouver de nouvelles recettes pour l'Etat. Ils veulent être force de proposition. Il faut pour cela leur donner le temps de participer aux travaux préalables à la taxation de notre branche.
Il est urgent que notre branche participe à ces discussions qui nécessitent une connaissance très précise du secteur, de ses acteurs et de ses pratiques.

Quelques chiffres sur Paris ile de France :

-1500 hôtels à Paris et 2500 en Ile de France dont les 2/3 sont au moins classés 3* et donc pratiquent des prix qui selon la période et la chambre en cause  atteignent ou dépassent 200E.
-Ils emploient 81000 salariés.
-Et réalisent un CA de 8 milliards
-En accueillant 40% de clients business et 60% de touristes qui sont aussi des clients du reste de l'économie : 50% des visites de musées, de 10 à 50% du commerce, 8% de la Ratp…