×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito du n° 3249 du 4 août 2011 : “N'importe quoi”

Vie professionnelle - mercredi 3 août 2011 11:51
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés


Une fois encore, les ineffables penseurs de Tripadvisor ont réalisé une performance intellectuelle hors du commun : un énième classement des villes les plus chères de la planète à partir de critères à faire bondir un statisticien amateur.

Et pour mieux agiter le chiffon rouge des prix élevés, TripIndex, c’est le nom de guerre de cette géniale invention destinée à concurrencer ceux qui y ont pensé avant eux, quatre critères ont été sélectionnés et additionnés afin de déterminer ce fameux classement censé orienter le touriste vers les destinations les plus avantageuses. Ne riez pas : on fait une addition qui cumule le prix d’une nuit d’hôtels 4 étoiles (sans préciser si cette catégorie est identique à Bangkok, New York - où les hôtels n’ont pas d’étoiles - Kiev ou Paris), celui d’une pizza (là encore, sans aucune précision sur la qualité du produit), le tarif - vous lisez bien -, d’un martini dry, dont tout le monde sait que c’est la boisson universelle dès le matin, et - le meilleur pour la fin - le prix d’une course en taxi sans indiquer la distance, le véhicule, le parcours - ville ou route - ni bien entendu, c’est trop compliqué, le taux de change entre le bath thaïlandais et le yuan chinois ou le zloty polonais.

Vous l’avez compris, ce grand n’importe quoi va encore une fois tenter de faire passer pour une vérité d’évidence un mélange incompréhensible de chiffres invérifiables et de toute façon complètement incompatibles entre eux.
Sans vouloir caricaturer à outrance ce classement, imaginez un touriste dans sa chambre 4 étoiles en train de déguster une pizza arrosée d’un martini dry (sans doute un grand moment gastronomique) en attendant le taxi pour la gare…

Et puisqu’il faut garder le meilleur pour la fin, les indécis, dont le seul critère de choix d’une destination serait le prix, n’hésiteront pas une seconde. Entre Sofia, charmante capitale de la Bulgarie qui n’a pas complètement digéré son passé, qui ne dépasse pas les 90 € tout compris (vous savez, la nuit 4 étoiles, la pizza, le martini dry et le taxi), et Stockholm, à 220 €, la décision est vite prise.

Enfin, pauvre capitale de notre douce France, carrément classée en tête des villes les plus chères de la planète, Paris va probablement se vider rapidement de ses millions de visiteurs qui préfèreront déguster la pizza au martini à Varsovie ou à Kuala Lumpur, plutôt que de contempler Notre-Dame, la tour Eiffel, le Sacré-Cœur, visiter le Louvre, Beaubourg, ou le Quai Branly, déambuler à Saint-Germain-des-Prés ou Montparnasse.

Mais pour les accros aux meilleurs prix, sachez qu’on peut passer une semaine à Lille ou à Charm El Cheik contre une nuit à New York ou à Tokyo…

L. H.