×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Le réseau Cafés cultures désormais national

Vie professionnelle - lundi 4 avril 2011 10:07
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés


Le dispositif est né en Bretagne il y a deux ans. Cafés Cultures, c’est le rapprochement entre des professionnels du bar, des institutionnels et une volonté d’ouvrir les petits établissements aux artistes interprètes, sur la base d’une aide à l’emploi artistique direct. La plate-forme est composée du collectif Culture bar-bars, du Snam CGT, de l’Umih, de la ville de Nantes, des Régions Pays de Loire et Aquitaine, du Pôle de coopération pour les musiques actuelles en Pays de Loire, du Réseau Musiques actuelles Aquitaine, du Ministère de la culture (DGCA), du ministère de l’Intérieur et elle vient d’être rejointe par la CPIH. Depuis la semaine dernière, le mouvement est officiellement national. Il s’adresse aux très petites entreprises, détenant une licence de débits de boissons à consommer sur place (1 à 4 et/ou licence restaurant) et qui construisent une offre artistique. « L’activité principale des cafés cultures est donc le débit de boissons et non pas l’organisation de spectacle. Ils ont néanmoins une activité régulière de spectacle relevant de la licence d’entrepreneur de spectacles (licence 1). Le classement ERP de ces établissements est : type N de Vème catégorie (CHR N-V) » précise le collectif. Face à eux, une réglementation contraignante, voire inadaptée. Et pourtant, un potentiel en terme d’emplois réel. Le bistrot est un lieu ouvert, qui permet aux artistes interprètes de vivre de leur travail. C’est l’axe retenu par cette boîte à outils qui comprend la mise en place d’un fonds d’aide à l’emploi artistique financé par les collectivités et par des fonds privés, un protocole des bonnes pratiques, la diffusion organisée des artistes amateurs, la rédaction d’une circulaire interministérielle, des concertations locales… On parle aussi formation. « Un plan sécurité des spectacles a été proposé par l’Umih et Umih Formation au ministère de la culture pour élaborer un module spécifique. L’objectif étant d’acquérir une bonne maîtrise à la sécurité des spectacles, adaptées à la nature du lieu et de permettre aux débitants de boissons d’avoir une meilleure connaissance des normes législatives, réglementaires et jurisprudentielles » indique Laurent Lutse, président de la Fédération national des cafés brasseries et monde de la nuit (FNCB-MN). A suivre.
Sylvie Soubes