×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito du n° 3232 du 7 avril 2011 : "Avant qu'il ne soit trop tard"

Vie professionnelle - mercredi 6 avril 2011 15:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés


Comme il vaut mieux positiver, espérons que le ‘programme’ dévoilé ce week-end par le parti socialiste pour l’élection présidentielle de 2012 ait l’effet d’un électrochoc sur la profession encore une fois stigmatisée sur la TVA.

Selon les auteurs de ce projet, il faut purement et simplement - mais il s’agit ici de considérations politiciennes forcément réductrices - supprimer ce qui est baptisé ‘ristournes Sarkozy’ ! On ne savait pas qu’un taux de TVA était une ‘ristourne’, mais en période électorale, il est permis de dire et d’écrire n’importe quoi.

Il n’empêche, cette salve, qui est loin d’être la première (certains députés de l’actuelle majorité n’ont pas été plus brillants sur le sujet), a valeur d’alerte .Il n’est que temps pour la représentation professionnelle de bâtir ses arguments afin de présenter aux candidats à la magistrature suprême une vision positive du métier, de ses contraintes, et son apport à l’économie nationale en matière de création d’emploi, d’avancées sociales et de modération des prix.

Car le temps presse, et après la longue crise qui a perturbé l’UMIH, et par ricochet l’ensemble des organisations patronales, il est aujourd’hui impératif de relancer une dynamique à destination des politiques et des médias toujours aussi peu disposés à entendre des arguments de bon sens.

De même, toujours, en matière de TVA, l’Hotrec s’inquiète des projets de réforme de la Commission européenne qui s’interroge sur le bien-fondé de la TVA réduite sur les chambres d’hôtels pratiquée par 24 des 27 pays membres de l’Union. Qui a lu le ‘green paper’ publié à cet effet et qui a répondu au questionnaire lancé par les autorités de Bruxelles ?

L’heure n’est plus aux communiqués sirupeux concoctés par des officines de relations publiques, mais à une politique musclée d’explications crédibles sur la réalité de la profession, son importance économique, les perspectives de promotion sociale qu’elle propose, sans oublier son rôle dans les secteurs clés de l’investissement immobilier et de l’équilibre des comptes extérieurs.Car la pédagogie est aussi une longue répétition.
L.H.R.