×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

La profession prend le Train pour l'emploi et l'égalité des chances

Vie professionnelle - mercredi 9 mars 2011 11:13
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

75 - Paris Le Train pour l’emploi et l’égalité des chances va démarrer le 15 mars son nouveau tour de France. 11 étapes prévues, de Lille à Marseille, en passant par Bordeaux, Lyon, Metz et cela jusqu’au 1er avril. La profession participe cette année pour la première fois à cette initiative lancée il y a 4 ans par la SNCF. Explications.



Michel Fremder et Didier Chenet.
Michel Fremder et Didier Chenet.

Dans quel esprit proposez-vous ce train ?
Michel Fremder, directeur général Trains Expo SNCF : Nous en sommes à la 4ème année. Le thème, c’est l’égalité des chances et de traitement des candidatures. Au début, nous avons sollicité les partenaires du Cac 40  qui avaient une volonté d’embaucher et de diversité. La SNCF leur a mis un train à disposition et chaque société s’est emparée de cet outil de proximité. Le premier train a été inauguré par Christine Lagarde et ça été un gros succès. Même chose l’année suivante avec 40 000 visiteurs. Ensuite, il y a eu la crise mais nous avons continué en faisant évoluer la formule. Nous l’avons ouvert l’an dernier à l’Afpa et à Pôle Emploi. L’égalité des chances, c’est aussi l’emploi pour les 55/60 ans, le bac plus 6 qui ne trouve pas de poste dans sa filière, etc. Cette année, nous avons voulu être encore plus large et je me suis rapprochée de Didier Chenet. Le secteur de l’hôtellerie et de la restauration est porteur d’emplois et d’une dynamique importante qui s’inscrit dans la démarche. Nous allons aussi faire venir les Grande Gueules de RMC qui feront plusieurs émissions en direct du train qui fait aujourd’hui 400 mètres de long.

La secteur sera représenté sous la bannière ‘Le Goût en mouvement’. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?
Didier Chenet, président du Synhorcat : Nous offrons l’égalité des chances, nous sommes un des derniers secteurs où l’ascenseur social est possible et c’est pourquoi la profession a décidé de participer à cette opération, dans le cadre de la campagne de promotion ‘Le goût en mouvement’. Il y a là une double vocation : donner de la visibilité à notre campagne et permettre au grand public de rencontrer des chefs d’entreprises qui proposent de l’emploi et des ouvertures. Tous nos métiers seront représentés. Chaque région a aussi ses spécificités... C’est l’agence Euro RSCG qui chapeaute notre campagne et les outils associés seront distribués à cette occasion. C’est une belle opération, qui vient avant la deuxième tranche officielle de notre campagne. 

La profession a prouvé sa capacité à créer de l’emploi en période de crise. Mais qu’en est-il de l’entreprise  ?
D. C. : En faisant la promotion des métiers, on fait la promotion des entreprises. Le Goût en mouvement, campagne que la profession a lancé en janvier, est là pour montrer combien le secteur a évolué et s’engage aux côtés des jeunes et des salariés. Cette notion d’égalité des chances, nous la revendiquons aussi pour les entreprises. Il faut qu’un jeune qui a envie de créer sa boîte ou reprendre une affaire puisse le faire.
Propos recueillis par Sylvie Soubes