×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Mise en conformité : une mission d'évaluation sur la cohérence du calendrier a été demandée par François Fillon

Vie professionnelle - vendredi 4 février 2011 11:21
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés


Jeudi 3 février, à l’Assemblée Nationale, lors des questions orales au gouvernement, Jean-Luc Reitzer, a relayé la demande de la profession concernant un nouveau calendrier pour la mise en conformité, incendie et accessibilité, des petits hôtels, “qui la plupart du temps, sont implantés dans des zones particulièrement fragiles” a rappelé, en connaissance de cause, le député du Haut-Rhin. La réponse est venue de Pierre Lellouche qui a annoncé que le Premier ministre, François Fillon, avait demandé la mise en place d’une mission d’évaluation qui se prononcera sur l’opportunité ou non d’harmoniser les dates. Pour Jean-Luc Reitzer, la cohérence des échéances serait “la sagesse”.

La question et sa réponse :

Jean-Luc Reitzer : "Monsieur le secrétaire d’État chargé du commerce extérieur, je souhaiterais, à travers vous, interpeller le secrétaire d’État chargé notamment du tourisme, du commerce et de l’artisanat, M. Frédéric Lefebvre, sur la mise en conformité des établissements hôteliers de cinquième catégorie, c’est-à-dire les hôtels accueillant moins de cent personnes et comptant moins de trente chambres. Pour la sécurité incendie, ces établissements ont jusqu’au 4 août 2011 pour se mettre en conformité. Pour l’accès aux personnes handicapées, ils ont jusqu’au 1er janvier 2015. L’Union des métiers de l’hôtellerie et de la restauration (Umih) souhaite ardemment que l’échéance relative à la sécurité incendie soit reportée à la date prévue pour l’accessibilité, dans un souci, au demeurant tout à fait logique, de cohérence et de bonne gestion des investissements. Il s’agit d’investissements lourds et qui concernent surtout de petits établissements. Sans, bien sûr, remettre en cause le principe même de la mise aux normes, l’Umih explique que, si la réglementation n’était pas assouplie, 3 000 à 4 000 hôtels risqueraient de cesser leur activité, ce qui entraînerait la suppression de quelque 10 000 emplois. Ma question est donc très simple : comment le Gouvernement compte-t-il répondre à cette sollicitation des hôteliers restaurateurs ?"

Pierre Lellouche, secrétaire d’État chargé du commerce extérieur. "Vous l’avez rappelé, monsieur le député, la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ainsi que l’arrêté du 24 juillet 2006 renforcent les règles de sécurité incendie applicables aux établissements relevant du public et crée des obligations d’aménagement qui concernent l’ensemble du parc hôtelier français.Un récent rapport du Contrôle général économique et financier consacré à l’applicabilité des réglementations nouvelles visant l’hôtellerie en France a effectivement dressé des perspectives préoccupantes, soulignant le risque de fermeture de 3 500 établissements sur 17 000, particulièrement sur les territoires les plus fragiles. C’est un risque pour l’emploi, pour l’activité économique dans le secteur hôtelier et pour nos territoires. Le ministère chargé de l’économie accompagne le secteur de la petite hôtellerie par une campagne de diagnostic, et les outils financiers mis en place avec le concours d’Oséo peuvent être mobilisés pour réaliser les travaux d’adaptation nécessaires. Le risque est cependant réel que des établissements ne soient pas en mesure de réaliser les travaux de mise en conformité et diffèrent tout investissement de modernisation. Il s’ensuivrait un affaiblissement du niveau général de qualité et une réduction de l’offre par cessation d’activité. C’est pourquoi le Premier ministre a demandé que soit conduite une mission d’évaluation sur l’application des règles de sécurité à l’hôtellerie, à laquelle participent les ministères de l’économie, de l’écologie et du logement, ainsi que le ministère de l’intérieur. Cette mission devra notamment se prononcer sur l’opportunité d’harmoniser les calendriers de mise aux normes de sécurité incendie et d’accessibilité afin que les établissements n’aient pas à envisager deux séries de travaux, tout en assurant le meilleur niveau de sécurité pour nos concitoyens. Le rapport sera rendu dans les toutes prochaines semaines et ses conclusions seront naturellement partagées avec l’ensemble des élus et des organisations professionnelles, dont fait partie l’Umih."
Sy.S.