×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Visite de Frédéric Lefebvre à Rungis

Vie professionnelle - mardi 25 janvier 2011 09:32
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

94 - Val-de-Marne Courte nuit, la semaine dernière, pour le Secrétaire d'Etat au tourisme qui était en visite à Rungis à l'ouverture du pavillon de la Marée.



C’est au Pavillon de la Marée et en compagnie de grands chefs que le Secrétaire d’Etat au tourisme, Frédéric Lefebvre, a fait son premier déplacement à Rungis. A ses côtés, des ambassadeurs des produits de saison et de la pêche française issus des bateaux côtiers : Jacques Le Divellec, Christian Etchebest, Yves Camdeborde, Christian Constant et le martiniquais, Guy Ferdinand, qui travaille principalement le bio dans ses restaurants de Fort-de-France. La visite a démarré « au cul des camions », selon le terme consacré, s’est poursuivie par une dégustation de fruits de mer A La Marée, un des restaurants du Min, et s’est terminée à l’heure des ventes. Pour Frédéric Lefebvre, cette rencontre avec les professionnels était pour lui l’occasion de rappeler que le consommateur devait « avoir accès à des produits frais, de qualité et de saison, au meilleur coût ». Dans les faits : le lancement d’un plan d’action pour une consommation alimentaire de qualité et une volonté de dialogue et d’échanges avec les maîtres d’œuvre du repas gastronomique à la française. C’est avec eux que le ministre souhaite bâtir le socle la Fête la de gastronomie française dont la première édition est prévue le 23 septembre prochain. Avant cela, celui-ci a demandé à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes  (DGCCRF) de « négocier avec les professionnels » de la vente et de la distribution des « engagements de qualité nutritionnelle ». Seront entre autres concernés les marchés publics de restauration collective.  Les services de la DGCCRF devront aussi faire la chasse aux dénominations détournées des plats en s’assurant des ingrédients utilisés, que ce soit en restauration traditionnelle ou auprès de l’agro-alimentaire. Dans l’escarcelle aussi, les charcuteries aux origines multiples, la fiabilité de l’information aux consommateurs sur l’origine des produits travaillés…
Sylvie Soubes