×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Un avenant pour renforcer le contrat d’avenir de la restauration

Vie professionnelle - mercredi 26 janvier 2011 14:28
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Lundi 24 janvier, le secrétaire d’État en charge du Tourisme, Frédéric Lefebvre, a réuni le comité de suivi du contrat d’avenir de la restauration. Trois groupes de travail relatifs à l’investissement, la formation et les Maîtres restaurateurs ont été mis en place afin de préparer un avenant au contrat d’avenir qui sera signé le 28 avril prochain.



Dans le cadre du contrat d’avenir, chaque semestre, le secrétaire d’État au Tourisme réunit le comité de suivi afin de faire un bilan d’étape dudit contrat. “Le bilan est beaucoup plus positif que certains ne le présentent”, tient à préciser Frédéric Lefebvre. En matière de baisse des prix, la profession est a - 2,5 % au lieu des 3 % prévus dans le contrat d’avenir. L’objectif du volet emploi a été largement rempli avec la création de 30 000 emplois contre 20 000 prévus. Mais surtout, la baisse de TVA a servi d’amortisseur en temps de crise avec une diminution de 17 % des défaillances d’entreprise dans le secteur.

Le comité s’est réuni afin de préparer un avenant au contrat d’avenir qui sera signé le 28 avril prochain. Avant cela, trois groupes de travail vont être formés, portant respectivement sur l’investissement, la formation et la qualité, avec le titre de Maître restaurateur.

En matière d’investissement, le secrétaire d’État reconnaît que les dispositifs actuels mis en place par Oséo n’ont pas répondu aux besoins des professionnels du secteur et qu’il faut les améliorer. Parmi les adaptations proposées, une modification du taux, mais aussi des montants plafond et plancher de ces prêts. Il est également prévu d’en adapter la durée sur trois, cinq ou sept ans selon la nature des travaux à financer. Sans oublier de prendre en compte les mises aux normes des établissements, aussi bien en matière de sécurité incendie que d’accessibilité.

Faire connaître la profession aux jeunes

Malgré les bons résultats de la profession en termes de formation en alternance, avec une augmentation de 3 % du nombre d’apprentis et de plus de 5,6 % des contrats de professionnalisation depuis juillet 2009, Frédéric Lefebvre annonce qu’il faut aller plus loin. Pour ce faire, le groupe de travail va plancher sur plusieurs axes : former des tuteurs, permettre aux entreprises saisonnières d’avoir des apprentis, organiser et faciliter la mobilité des apprentis hors de France, mieux faire connaître les métiers de la profession auprès des jeunes. D’ailleurs, le secrétaire d’État au Tourisme rappelle la mise en place de la campagne de communication ‘le goût en mouvement’, qu’il qualifie de campagne de recrutement à destination des jeunes.
Le dernier groupe de travail concerne les Maitres restaurateurs, avec la mise en place d’un guide recensant tous les titulaires du titre. Ils sont actuellement un peu plus de 1 000 à avoir reçu ce titre et près de 500 sont en cours d’audit pour l’obtenir. Le guide aura vocation à faire connaître ce label auprès des clients, mais aussi d’inciter les restaurateurs à se porter candidat. “Le guide qui permettra de montrer aux clients français et étrangers que notre pays s’est fixé un objectif de qualité”, précise Frédéric Lefebvre.
Pascale Carbillet