×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Concours de La Cuillère d'or : des valeurs avant tout

Vie professionnelle - lundi 31 janvier 2011 15:54
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

Val d'Isère (73) Développement durable, bien-être, cuisine responsable et transmission d’un savoir-faire sont au cœur de ce défi culinaire 100 % féminin organisé par la station de ski de Val d'Isère avec l’appui de l’agence Cook and Com, du 21 au 24 mars 2011.



Les deux gagnantes 2010 de la Cuillère d'or, Cécile Riotte et Ilona Rutgers
Les deux gagnantes 2010 de la Cuillère d'or, Cécile Riotte et Ilona Rutgers

On peut être à la fois épicurien et responsable.” C’est ce qu’affirme Marie Sauce, fondatrice et organisatrice de la Cuillère d’Or, directrice générale de l’agence Cook&Com. La mobilisation des grands chefs autour de ce concours, dans une station connue pour son engagement environnemental, semble lui donner raison. Après Guy Martin l’année dernière, Régis Marcon, chef triplement étoilé du Restaurant Régis & Jacques Marcon, à Saint-Bonnet-Le-Froid, présidera un jury composé de chefs engagée en faveur de l’agriculture biologique et le développement durable. Reine Sammut, chef étoilée de l’Auberge La Fenière à Lourmarin, sera pour sa part présidente d’honneur des concours tandis que Laurence Salomon, Restaurant Nature & Saveurs à Annecy, en sera la marraine. Les 16 finalistes (8 professionnelles, 8 amateurs) n’auraient pu rêver meilleur accompagnement.

Tout change en 2012
Aujourdhui, lalimentation est vraiment au centre des enjeux de circuits courts, dénergies renouvelables, dautonomie des territoires, de civilisation post-carbone poursuit Marie Sauce. Pour sensibiliser le grand public à sa cause, le concours se double d’une autre manifestation, Les Pistes Gourmandes, afin d’informer et d’échanger autour de la notion de cuisine responsable. La double formule est déjà en train d’évoluer pour une nouvelle version prévue pour 2012 avec un concours comportant des épreuves internationales et régionales et une finale à Paris le jour de la Fête de la femme.
Anne Sallé