×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Benjamin Roffet meilleur sommelier de France

Vie professionnelle - mardi 18 janvier 2011 08:16
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Fontevraud (49) En poste depuis plus de deux ans au Trianon Palace, à Versailles, Benjamin Roffet a été sacré meilleur sommelier de France dans le Val de Loire au terme d’une finale indécise jusqu’au bout.



Benjamin Roffet a reçu son trophée des mains de Serge Dubs, président de l'UDSF.
Benjamin Roffet a reçu son trophée des mains de Serge Dubs, président de l'UDSF.

Un peu plus de deux ans après le succès à Perpignan de Manuel Peyrondet (chef sommelier du Royal Monceau) le titre est donc revenu à Benjamin Roffet, un autre membre de l’Association des sommeliers de Paris. Mais avant de recevoir le trophée, le sommelier du Trianon Palace, à Versailles, a rejoint l’Abbaye de Fontevraud, dans la vallée de la Loire. C’est là, en effet, qu’était rassemblée l’élite de la sommellerie hexagonale à l’occasion du 26e concours du meilleur sommelier de France. Une phase finale organisée par l’Union de la sommellerie française (UDSF) et Interloire, le comité interprofessionnel des vins de Loire. Au terme d’une sélection organisée au début de l’automne à Paris, huit candidats avaient été retenus. Jonathan Bauer-Monneret (Royal Monceau, à Paris), Guillaume Favereau (L’Orangerie, à Charmey, en Suisse), Romain Iltis (La Verte vallée, à Munster), Pascaline Lepeltier (Rouge Tomate, à New York), Florent Martin (Four Seasons hôtel Georges V, à Paris), Antoine Petrus (Le Crillon, à Paris), Benjamin Roffet (Le Trianon palace, à Versailles) et Pierre Vila Palleja (Le Crillon, à Paris). Ils constituaient ainsi le dernier bataillon de professionnels déterminés à conquérir ce titre.
Mais il fallait auparavant négocier la demi-finale. Un vrai parcours du combattant faisant appel aux connaissances théoriques et pratiques qui constituaient une sévère sélection. Et à l’annonce des résultats de la demi-finale, seuls Romain Iltis, Pascaline Lepeltier, Antoine Petrus et Benjamin Roffet demeuraient sur scène pour se disputer le titre au terme d’une série d’épreuves vécues devant plus de 400 spectateurs. Finalistes en 2008, Pascaline Lepeltier et Antoine Petrus pouvaient faire figure de favoris tout comme  Romain Iltis, déjà vainqueur du Master of Port. Mais c’est finalement Benjamin Roffet, le plus régulier au cours de ces deux jours de concours, qui s’imposait et recevait des mains de Serge Dubs, encore président pour quelques heures de l’UDSF, le trophée qui symbolisait son titre.
Jean Bernard