×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Plusieurs dossiers en bonne voie pour les saisonniers de l'Umih

Vie professionnelle - vendredi 16 avril 2010 10:38
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

75 - Paris Sortie du rapport trimestriel de la Fédération nationale des professions hôtelières saisonnières (Umih) : des saisonniers satisfaits notamment par le lancement en mai de la première Commission des professions saisonnières mise en place avec la Direction du Tourisme.



Thierry Grégoire, président de la FNPHS et Jean-Marie Attard, vice-président de la branche.
Thierry Grégoire, président de la FNPHS et Jean-Marie Attard, vice-président de la branche.

Satisfaction, d’abord, pour Thierry Grégoire, président de la Fédération nationale des professions hôtelières saisonnières (FNPHS) et son vice-président, Jean-Marie Attard, qui viennent d’avoir la confirmation de la Direction du Tourisme : “c’est bien en mai qu’aura lieu la première réunion officielle de la Commission des professions saisonnières”. Au programme pour commencer : le logement. “Cela fait plus d’un an que nous réclamions la mise en place de cette commission et nous devons remercier Hervé Novelli qui nous a aidé transformer l'essai, explique Thierry Grégoire. Composée de professionnels et de représentants des pouvoirs publics, elle va permettre d’aborder enfin les dossiers propres aux entreprises saisonnières et d’obtenir des avancées significatives plus rapidement qu’auparavant. Notre objectif étant de faire reconnaître les particularités de nos entreprises saisonnières.” Reçue en février au Secrétariat d’Etat chargé du tourisme, la FNPHS a aussi rappelé à cette occasion ‘l’importance et l’urgence’ de la reconnaissance du statut de l’entreprise saisonnière et du salarié saisonnier. “Nous avons déjà obtenu une reconnaissance partielle du statut des saisonniers en ce qui concerne la taxe professionnelle. Toutefois, il est nécessaire d’obtenir une extension et une consolidation de ce statut, notamment dans le domaine social” rappellent les représentants de l’Umih. Autres sujets évoqués lors de cette rencontre : la lutte contre le para commercialisme avec “une concurrence déloyale entre les différentes catégories d’hébergement qui ne sont pas encore toutes soumises aux mêmes obligations réglementaires” et le logement des salariés saisonniers.  “Nous avons en projet la construction de 10 résidences mixtes en France. L’Umih et la Caisse des dépôts élaborent un protocole national en vue de réaliser ces 10 résidences mixtes dans 10 régions à forte saisonnalité, là où l’industrie touristique est dominante. Un audit devra être réalisé par Atout France pour déterminer les régions éligibles. Ces résidences seront financées par un partenariat entre la Caisse des Dépôts et le 1% logement de la branche dans le cadre d’un fonds de dotation et d’investissement créé spécifiquement pour ce dossier. Ce protocole d’accord sera présenté et soumis aux votes de l’ensemble des membres du Conseil d’administration de l’Umih.”

Adapter les contrats d'apprentissage aux spécificités saisonnières

En mars, Thierry Grégoire a également défendu auprès du Secrétariat d’Etat chargé de l’emploi la volonté de la fédération de voir “adapter et créer les contrats d’apprentissage à la spécificité des métiers saisonniers pour permettre à tous les jeunes de demeurer ou de s’installer sur un territoire à l’économie saisonnière. La FNPHS souhaite notamment la possibilité d’avoir deux maîtres d’apprentissage” qui pour une meilleure organisation sur les deux saisons. Pour les saisonniers de l’Umih, le travail dans les ministères doit aussi être le fruit d’un dialogue avec les départements. Thierry Grégoire comme Jean-Marie Attard ont ainsi participer à plusieurs assemblées générales depuis le début de l’année, dans les Hautes Pyrénées, le Vaucluse, la Corrèze, la Somme, la Haute-Garonne, les Pyrénées Atlantiques, le Gers, l’Orne… Dans ce rapport, la fédération annonce également un projet de travail avec l’Institut national de la recherche et de la sécurité qui devrait aboutir à la création d’une brochure sur les spécificités saisonnières. Et revient sur l’accord. “Contrairement à ce qu’énoncent les syndicats signataires sur l’application des avenants n° 6 et n° 10 concernant les saisonniers, il est clair que tous les salariés saisonniers encore en contrat de travail à la date du 1er mars 2010 sont bien concernés par l’extension de l’accord et par la perception de la prime TVA et par les jours fériés s’ils en justifient l’ancienneté. Cet accord social reste un bon accord dans sa globalité mais les points sur les saisonniers demeurent un élément de désaccord, en particulier sur les aspects discriminatoires et sur l’ancienneté” terminent les chefs de files du secteur.

 

Sylvie Soubes

Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gouvernantes et service hôtelier
par Corinne Veyssière
Services