Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Umih 30 : le président destitué

Vie professionnelle - lundi 9 novembre 2009 11:06
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Nîmes (30) Élu en mars, Franck Kimmoun a été dessaisi de ses responsabilités. Il paie sa volonté d’assumer pleinement son rôle.



Franck Kimmoun n'aura été président que pendant huit mois.
Franck Kimmoun n'aura été président que pendant huit mois.

Depuis le 30 octobre et en toute discrétion, l’UMIH 30 a vécu un putsch. Franck Kimmoun, propriétaire de l’hôtel Le Marguerittes, élu à la présidence de l’association gardoise en mars dernier, a été purement et simplement mis sur la touche. L’hiver dernier, il avait succédé à Didier Liaudet, auquel son statut de formateur barrait l’accès à une telle fonction. Mais le sortant, avec un titre de vice-président délégué, avait bien l’intention de demeurer très actif, comme il nous l’avait souligné au soir de l’assemblée générale. “Je comptais d’ailleurs m’appuyer sur son expérience et son soutien, explique Franck Kimmoun. Mais très vite, quoi que j’entreprenne, je me faisais jeter.” Il reconnaît avoir eu le tort de ne pas réagir immédiatement.

Écœurement
“En septembre, lorsque j’en ai eu marre de tenir le rôle de marionnette et que j’ai voulu prendre les choses en mains, j’ai listé tout ce qui n’allait pas au sein du syndicat départemental. La réponse ne s’est pas faite attendre : on me reprochait mes actions comme la remise à niveau que je voulais instaurer au niveau administratif. Je me suis fâché et on me l’a fait payer. Une réunion a été organisée dans mon dos et mon dessaisissement a été voté ! Un courrier a même été envoyé à toutes les administrations pour signaler que je n’étais plus président”, explique avec écœurement celui qui vient d'être écarté.

Un avocat lui a d’ailleurs confirmé que cette décision n’avait aucune valeur. Peu désireux de donner une image négative du syndicat, il a donc envisagé d’annoncer sa démission courant novembre. Sans qu’on lui en laisse le temps : le 30 octobre, une dernière réunion a vu quelques-uns de ses proches quitter le conseil d’administration. Le vote qui a suivi a entériné la décision prise par une opposition devenue majoritaire.
Pour assurer son remplacement, c’est Fleur Little, exploitante de la discothèque ‘Le Joy’, à Nîmes et présidente de branche, qui a été élue.

Jean Bernard

Journal & Magazine
N° 3808 -
29 septembre 2023
N° 3807 -
15 septembre 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Communication digitale : web, mobile et réseaux
par Vanessa Guerrier-Buisine
Services