×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Yves Camdeborde : "C'est aux restaurateurs de faire leur révolution"

Restauration - vendredi 26 août 2022 10:46
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Invité sur le plateau des Grandes Gueules, sur RMC le 25 août dernier, le chef et juré de Masterchef, a confié ses réflexions sur la pénurie de personnel et la nécessaire remise en question du modèle économique de la restauration.



Yves Camdeborde : 'Écoutons les jeunes, c'est eux qui ont l'avenir en main et qui ont les solutions'
© RMC
Yves Camdeborde : 'Écoutons les jeunes, c'est eux qui ont l'avenir en main et qui ont les solutions'

“La restauration, comme tous les métiers de bouche, est à un virage. Il y a une prise de conscience à avoir et surtout [il faut] tout remettre à plat pour trouver des solutions“, a déclaré le chef Yves Camdeborde invité sur le plateau des Grandes Gueules, sur RMC le 25 août dernier. Et de préciser : “Peut-être que le patronat peut faire un partage plus important avec le salarié, et que le salarié doit aussi s’adapter.”

Il conseille à ses confrères “de ne pas vivre avec le passé” : “On a vécu des années fastes, dans un monde parfait, où tout allait très bien. Aujourd’hui, peut-être qu’on revient à plus de réalité, avec les pieds sur terre, avec un sens paysan assez simple et basique qui nous permettra d’être heureux, passionné, et de profiter de la vie.”

Le chef du Comptoir Saint-Germain, à Paris (VIe) et juré de l’émission Masterchef, précise toutefois que la seule augmentation des rémunérations ne résoudra pas la situation : “Ce n’est pas foncièrement un problème de salaire, mais de rapport au temps de travail. La restauration reste un métier difficile avec ses fameux horaires de coupure, il faut trouver une solution pour que chacun puisse avoir une vie sociale et familiale équilibrée.” Il en appelle également au dialogue avec les jeunes générations : “Écoutons les jeunes, c’est eux qui ont l’avenir en main et qui ont les solutions, et c’est à nous à nous adapter pour trouver de quoi perpétuer ce fabuleux métier de la restauration.”

“J’ai travaillé dans de grandes maisons où on était complètement exploités, reconnait-il, tout en précisant : Ça ne m’a pas posé de problème, je pense que mes mains sont devenues intelligentes grâce à ça, donc je ne vais pas m’en plaindre.”

 

Repenser la rentabilité

Yves Camdeborde appelle aujourd’hui les restaurateurs à repenser leur modèle économique, pour rentabiliser différemment leur établissement : “C’est aux restaurateurs de faire leur révolution. On a des possibilités de faire des rentabilités différentes. On a des solutions faciles à trouver, comme celle du végétal, qui est rentré par la grande porte dans les assiettes ; et on sait que tout ce qui est végétal coûte moins cher que la protéine animale.”

Selon lui, les difficultés actuelles sont également dues au trop grand nombre de restaurants existants et à l’ouverture à tous de cette profession : “C'est le drame de notre métier. C’est un métier ouvert à tout le monde. N'importe qui peut faire n'importe quoi ! (…) La restauration, c'est aussi un métier qu’il faudrait respecter, qu’il y ait vraiment un passeport, une fondation, un apprentissage pour pouvoir ouvrir un restaurant.”

Interrogé sur la sobriété, à laquelle a appelé le président de la République, Emmanuel Macron, lors de son discours du 14 juillet dernier, et à “la fin de l’abondance”, Yves Camdeborde acquiesse : “J’essaie déjà de prendre plus de temps pour moi et pour les miens, et d’éviter les dépenses et les excès inutiles.” Un premier pas pour changer les habitudes de travail de la profession.   

#YvesCamdeborde

Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Orientation scolaire et formations pour adultes en CHR
par Virginie Barret et Jean-Philippe Barret
Services