×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Viandes et poissons : les maintenir à la carte malgré l'augmentation des prix

Restauration - lundi 5 septembre 2022 12:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Face à l'augmentation généralisée des prix, il est devenu indispensable d'adapter sa carte. Pour continuer à proposer viandes et poissons sans augmenter ses tarifs, quelques bonnes pratiques permettent de maintenir un coefficient cohérent.



► Choisir des espèces plus abordables

"Avant, j’avais du loup ou de la dorade à la carte, aujourd’hui, je prends de la daurade sébaste, 18€ le kg au lieu de 26 €, qui tient bien la cuisson", explique Sebastian Gaillard, chef du restaurant La Truffe à Aups (Var). Pour continuer à proposer une suggestion du jour à 12,50 € et des plats autour de 20 €, Benoît Pioger et son chef Charles Pastor (Plaisirs divins au Beausset, Var), doivent quotidiennement faire preuve d’imagination. Ainsi, le chef a renoncé à travailler le thon (autour de 30 € le kg) pour se tourner vers des produits plus accessibles, comme le lieu noir qu’il sert avec un wok de légumes et une émulsion de choux-fleurs à la fève de tonka (plat à 21,50 €). 

Au Gaudina, la brasserie de l’hôtel Terre blanche à Tourrettes (Var), pour maintenir son coefficient sur le menu du jour, le chef Christophe Schmitt se tourne vers des poissons plus abordables. "Le maquereau, que l’on achète autour de 10-12 € le kg, peut être travaillé en cru ou en mi-cuit, à condition de maîtriser la cuisson qui peut vite le rendre sec."  Pour sa bouillabaisse, il a dû là aussi s’adapter : “On est revenus aux poissons de la recette d’origine : vive, boeuf - une dorade méditerranéenne -, dorade sébaste, rouget rondin, etc. Moins connus et moins demandés, ils sont aussi moins chers.”

Autre astuce pour continuer à proposer un plat maritime, l’utilisation des moules qui, achetées entre 2,20 € et 3 € par kg, connaissent un regain d’intérêt. "Pour compenser la simplicité du produit, on le travaille avec originalité, avec des patates douces et une crème glacée au safran du Haut-Var”, explique Sebastian Gaillard.

Cyril Aveline, chef au restaurant Hestia à Bormes-les-Mimosas (Var), qui propose tous les jours un menu à 23 € (entrée, plat, dessert), se tourne lui vers des petites pièces de poissons, bien moins chères que les gros spécimens.

► Équilibrer le coût de l’assiette en associant différents poissons 

Geoffrey Poësson, chef à La Badiane à Sainte-Maxime (Var) a gardé le rouget à la carte mais le travaille différemment : "Je prends un rouget plus petit et je l’associe avec du poulpe et de la gambas sauvage. Comme se sont des petits morceaux, le coût reste correct."  Charles Pastor propose quant à lui une poêlée où il associe couteaux, poulpe et calamars, une astuce qui lui permet d'afficher son entrée à 10 €.

► Sélectionner d'autres viandes ou morceaux

Sébastian Gaillard a retiré le filet de boeuf de sa carte qu’il a remplacé par du porc."C'est une viande qui ne plaît pas à tout le monde mais en proposant de la pluma Ibérique, du cochon Bellota, les clients apprécient le produit.” Chez Plaisirs divins, le chef se tourne vers d'autres morceaux de boeuf : "Un dessus de palette, que l'on fait mariner, servi en petites lamelles juste snackées, avec un bon jus, ça passe bien auprès du client."  Entre 9 et 15 € le kg, le choix est avantageux. Cyril Aveline opte pour du tendre de tranche plutôt que du rumsteack. Le lapin (6-7 € le kg) reste aussi une option intéressante pour maintenir un plat du jour à prix attractif.

► Diminuer la part protéinée et augmenter le végétal

Si Cyril Aveline achète toujours la même qualité de viande, il a diminué le poids de la portion de 150 à 120 g et augmenté la place du végétal. Dans le même esprit, Christophe Schmitt travaille parfois le boeuf en Pithiviers : “Au lieu de mettre 180 g de boeuf comme dans une assiette classique, là, avec la pâte feuilletée, les légumes et la joue de boeuf qui permet de diminuer les coûts, on est à 100 g de viande par portion”, détaille-t-il. Ainsi, si sur un filet de boeuf il a un coefficient de 2,5/3, sur un pithiviers, il passe à 3/4. Geoffrey Poësson augmente lui aussi la part de légumes pour compenser : ainsi, avec son plat de rouget, il travaille plusieurs sortes de courgettes pour réaliser une jolie assiette pour le client.

► Revenir à des techniques anciennes

Alexandre Dimitch, chef et propriétaire du Saint-Marc à Aups (Var), a fait un choix plus radical, en misant sur le long terme. "On s’est équipé d’une banque de viandes pour faire pouvoir les faire maturer. On a un crédit de trésorerie qui nous permet d’acheter en quantité, cela nous permet de mieux maîtriser les achats. Il faut aujourd’hui aller plus loin sur les techniques d’autrefois", commente-t-il. Dans le même esprit, il s’est aussi équipé d’un piano à bois, ce qui devrait lui permettre de baisser de 35 % sa facture de gaz tout en proposant un mode de cuisson qui plaît aux clients.

#marge #coutrevient #coutmatiere #viande #poisson

 

 


Marie Tabacchi
Journal & Magazine
N° 3782 -
30 septembre 2022
N° 3781 -
16 septembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
E-réputation : gérer ses avis clients en ligne
par Thomas Yung
Services