×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Régis Marcon : "Il est normal que nous accueillions les meilleurs talents, y compris les MOF, au Bocuse d'or"

Restauration - mardi 1 octobre 2019 11:19
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Un MOF au Bocuse d'or, des MOF dans le jury, un Lyonnais vainqueur, des Lyonnais dans l'organisation, les notes... Régis Marcon, président international du Bocuse d'or, restaurant Régis & Jacques Marcon à Saint-Bonnet-le-Froid (Haute-Loire) 3 étoiles Michelin, répond sans détour.



Régis Marcon, président international du Bocuse d'or.
© Romain Guittet
Régis Marcon, président international du Bocuse d'or.

L'Hôtellerie Restauration : Sur le podium du Bocuse d'or France, Davy Tissot (1858 points) devance Tom Meyer d’un point (1857 points). Or Tom Meyer a bénéficié des meilleures notes de dégustation. Ce résultat a suscité quelques interrogations.

Régis Marcon : Je comprends que ce soit difficile pour les non sélectionnés. Le résultat reflète les notes. C’est toujours une problématique pour nous d’annoncer les résultats quand on connait l’investissement colossal de tous ces chefs. Voyez mon chef Romain Masset (3ème place) qui s’éloigne lui aussi de la première place suite à un problème technique dont il n’est pas responsable. C’est frustrant mais c’est la règle. Le résultat, c’est l’addition des points des trois jurys : entretien, cuisine et dégustation.

La présence d’un certain nombre de chefs lyonnais MOF de surcroit parmi les membres du jury, notamment sur la sélection France, a été critiquée par certains puisque le vainqueur vient de Lyon et est MOF. Que répondez-vous ?

Les personnes qui divulguent ces informations ont une méconnaissance du concours. Dans le jury du Bocuse d’or France, nous avions seulement 3 chefs lyonnais sur 19 : un dans l’organisation qui me remplaçait, un chef et une cheffe en dégustation. Les autres chefs lyonnais présents font partie de l’équipe organisation et ne notent pas les candidats. Ils sont des piliers importants de l’organisation : aide aux candidats, port des plateaux, service et dressage. Cette équipe est bien rodée. Leur rôle est important pour la bonne marche du concours.

Quant au jury Cuisine, le concours a besoin d’une équipe expérimentée pour juger le travail des candidats. C’est pour cela qu’il fait appel à 4 MOF, dont 2 qui ont déjà été membres du jury lors de la dernière finale, un autre qui a été coach dans quatre finales et le quatrième choisi pour son expertise en management. Cependant, nous ne nous interdisons pas à l’avenir de faire appel à d’autres professionnels, MOF ou pas. Je me refuse à mettre en doute l’honnêteté des membres du jury, quels qu’ils soient.

Quel est votre regard sur le fait qu’un MOF se présente à cette épreuve ?

Aucun texte ne stipule qu’un MOF ne peut se présenter à un concours après le MOF. Nous regrettons de ne plus retrouver de Français sur le podium. Il est normal que nous accueillions les meilleurs talents y compris les MOF. Aussi j’ai trouvé que Davy Tissot a été courageux de se présenter. Cela me rappelle des souvenirs car je l’avais incité à tenter la sélection France il y a 20 ans. Il avait terminé deuxième.

Le cérémonial du Bocuse d’or, le port de la toque, les marques publicitaires, le côté élitiste du concours, cette ambiance si particulière n’est-elle en décalage avec le monde de la cuisine d’aujourd’hui ?

Je ne pense pas. Tout d’abord, je dirais qu’il n’y a pas de honte à porter une toque et nos chefs invités français et étrangers le comprennent bien. N’oublions pas que l’ADN de ce concours est un show culinaire devant le public, c’est ce qui fait qu’il est aujourd’hui le concours mondial le plus prestigieux.

Dans un show, tous les détails comptent : la tenue, la prise de parole, le comportement, la place de chacun. Nous devons être très professionnels car les caméras du monde entier sont fixées sur nous. Concernant les marques et insignes brodées sur les vestes, ce sont nos sponsors et, sans eux, le concours n’existerait plus. Certains peuvent regretter que figurent de grandes marques de distribution, mais je leur répondrai que la porte est ouverte, tous les sponsors sont les bienvenus pour soutenir le concours. Aujourd’hui, je souhaite bonne chance à Davy Tissot, en espérant qu’il accède au podium. Nous sommes tous là pour le soutenir.

#bocusedor #regismarcon


Nadine Lemoine